En Grèce, une journée d'entre-deux à l'ambiance pesante

le , mis à jour à 18:41
11
En Grèce, une journée d'entre-deux à l'ambiance pesante
En Grèce, une journée d'entre-deux à l'ambiance pesante

C'est le jour d'après et le jour d'avant, un entre-deux qui permet aux Grecs de souffler un peu tout autant que de s'inquiéter. Au lendemain de l'accord de Bruxelles, arraché après une nuit de négociations tendues, le gouvernement grec a soumis mardi après-midi au Parlement le projet de loi sur les premières réformes réclamées par les créanciers. Celui-ci doit être examiné par les commissions avant un débat et un vote en procédure d'urgence à l'Assemblée mercredi soir. Alexis Tsipras pourrait voir sa majorité lui tourner le dos, la Grèce attend. Le ministre de la Défense Panos Kammenos confirme que les députés indépendants ne voteront pas les mesures exigées par les dirigeants de la zone euro. Et une quarantaine de députés de Syriza, parti de Tsipras, feront de même comme la présidente du Parlement, Zoé Konstantopoulou.

Signe prometteur, pourtant, la Grèce s'est acquittée ce 14 juillet du remboursement d' obligations dites « samouraï » auprès de créanciers privés au Japon pour un montant de 20 milliards de yens, soit 146 millions d'euros.

Ces titres de dette avaient été émis par l’État grec il y a vingt ans tout pile, et vendus, en yens, à des investisseurs privés. Bien sûr, cette dette acquittée est une goutte d'eau dans l'océan abyssal de la dette grecque -près de 312 milliards d’euros, soit 177 % du PIB- mais le respect de l'échéance est destiné à rassurer un peu les marchés. « Si la Grèce échouait à rembourser des investisseurs privés, elle serait jugée en faillite », ce qui la priverait d'accès aux marchés pour se financer, explique à l'AFP Sayuri Ito, de l'institut de recherche NLI, contacté à Tokyo.

Ce remboursement annonce aussi le début d'une nouvelle série d'efforts – de sacrifices, estiment beaucoup de quotidiens grecs ce mardi- pour régler la dette de 2 milliards due depuis hier au FMI, trouver 3,5 milliards à rembourser le 20 juillet à la Banque centrale ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le mercredi 15 juil 2015 à 08:05

    L'accord dont HOLLANDE se vante, ne résout rien. La charge des intérêts de la dette est le pont d'arcole qu'il faut franchir pour avoir un avenir et c'est impossible. Plus de 30 milliards annuellement qui vont amputer les recettes fiscales de !? peut-être 70 milliards pour être généreux quant aux mesures drastiques annoncées : que produiront-elles effectivement ? Les pays membres du sud : France comprise, devraient comprendre la leçon par l'image qu'est la crise grecque

  • dlebrun8 le mardi 14 juil 2015 à 19:41

    non, l'Espagne; l'Italie ne sont pas à assimiler à la Grèce: dans ces pays il y'a une vraie industrie qui produit des richesses; ils ont eu une suite de gouvernements malheureux qui les a ruiné (cf espagne avec leur travaux pharaoniques qui ne servent à rien) mais la Grèce ne produit rien à part du tourisme et de l'huile d'olive et des armateurs mais tous ces gens là sont exonérés d'impôt...

  • M8657715 le mardi 14 juil 2015 à 18:43

    serge57 ... colonels, vision courte. Cela ne frappera pas que la Grèce. Je crains que tout le Sud de l'Europe ne soit dans l'impasse, malgré tous les messages rassurants sur l'Espagne, l'Italie, le Portugal et Chypre. Donc, au minimum prise de bec Nord / Sud.

  • gmail.fr le mardi 14 juil 2015 à 15:21

    La Grèce ne sortira jamais de l'Europe , peut etre est ce elle qui se coupera en deux . Tsipras malgré la défection de l'extreme droite Anel et des 32 traitres de son parti , dispose encore de 30 voix d'avance . Le plan sera voté et il n'y aura pas de révolution , ,ils l'ont faite dans les urnes pour jouer ,mais ils ne sont pas téméraires , en outre ils reconnaissent maintenant leurs responsabilités et ils ont TOUS des réserves .Les rues sont calmes, les soldes battent leur plein , ici à Athènes

  • LERINS le mardi 14 juil 2015 à 13:59

    N'en déplaise à Hollande, la Grèce sortira tôt ou tard de la zone euro ou celle-ci explosera tôt ou tard. Les dirigeants allemands veulent le "Grexit" car ils ont compris, que pour la pérennité de la zone euro, il valait mieux couper les branches pourries que de faire mourir l'arbre en les gardant. La sortie de la Grèce aurait aussi l'avantage de secouer les puces aux dirigeants des autres pays qui traînent les pieds pour faire de vraies réformes (France notamment).

  • M2286010 le mardi 14 juil 2015 à 13:33

    Si les députés grecs (la minuscule "g" est volontaire) repoussaient l'accord, ce serait tout bénéfice pour l'U.E. Plus de subventions à verser, plus d'avances ELA pour la BCE, et les grecs qui se démrdraient seuls avec une économie exsangue, dans un pays ruiné. Une bonne leçon de choses pour ceux qui prônent, à tout prix, une sortie de l'Euro !!! Malheureusement les députés profiteurs ne sont pas fous et voteront "Oui"...

  • emnbenj le mardi 14 juil 2015 à 13:29

    La gece est fichue l'Europe est fichue, l'avenir sera rempli de changements et de mouvements

  • m1234592 le mardi 14 juil 2015 à 11:44

    Tsipras devrait faire appel à l'armée pour mettre en place les réformes structurelles indispensables.

  • m1234592 le mardi 14 juil 2015 à 11:43

    @m528.... mdr :c'est un étranger ! et puis quel ardeur il déploie. Les grecs ont beaucoup mieux vécus ces 40 dernières années que beaucoup de peuples d'EU et ce aux frais de l'UE Alors la victimisation des profiteurs .... Ce sont qd même eux qui ont élu leurs députés et gvt non ? il n'y avait pas 80% d'abstention ou de votes blanc ! Responsables ! Ils refusent toujours de s’acquitter des impôts TVA entre autres à peine 40% de recouvrée ....

  • M5285637 le mardi 14 juil 2015 à 11:04

    Et on dit que les Grecs sont fainéants ou ne travaillent pas.Il fait quoi le monsieur sur la photo.Stoppons ces clichés.La Grèce a été trompée par les grandes banques, par des politiciens peu efficaces, par une Histoire malheureuse.Elle doit avoir sa chance et y arrivera.