En Géorgie, Hollande défie l'ours russe à mots pesés

le
0
En Géorgie, Hollande défie l'ours russe à mots pesés
En Géorgie, Hollande défie l'ours russe à mots pesés

Le président français en Géorgie, aux frontières de la Russie... Tout un symbole. C'est peu dire que ce petit pays de 4,5 millions d'habitants, qui regarde vers l'Europe, s'alarme des bruits de bottes en Ukraine. En 2008, la Géorgie avait échappé de peu à un conflit armé avec Moscou, à la faveur d'un cessez-le-feu arraché par Nicolas Sarkozy, alors président en exercice de l'Union européenne. Cela n'avait pas empêché la Russie de reconnaître l'indépendance des provinces géorgiennes d'Ossétie du sud et d'Abkhazie. Un scénario qui n'est pas sans rappeler l'annexion de la Crimée par Moscou.

Hollande veut aller vite sur l'accord d'association avec la Géorgie

C'est dans ce contexte tendu que Hollande achevait ce mardi son périple dans le Caucase par une escale à Tbilissi, capitale de la Géorgie. Pas de quoi ravir le Kremlin, qui voit d'un mauvais ?il l'accord d'association que ce pays veut parapher avec l'Union européenne d'ici juin. « En juin et pas plus tard, car il n'y a pas de temps à perdre », a insisté le chef de l'Etat français, pour qui l'Europe est engagée dans une course de vitesse avec Moscou pour l'influence dans les pays de l'ex-pré carré soviétique.

Franco-Géorgienne installée à Tbilissi, Natia avoue que les tensions en Ukraine lui font « peur ». En 2008, elle avait fui à bord d'un avion humanitaire qui ramenait les ressortissants français à Paris. « Il faut faire attention avec la Russie. Poutine dépasse les bornes, pour lui il n'y a pas de lois internationales ! » La visite de Hollande, « c'est très important » pour elle. « On a besoin du soutien de l'Union européenne, de la France, des Etats-Unis pour ne pas être seuls face à la Russie ».

Réservé sur l'intégration de la Géorgie à l'Otan

S'il prend soin de ne pas froisser Moscou, Hollande ne s'est pas privé de rappeler dès son arrivée « le soutien de la France » à la Géorgie, « à son intégrité territoriale » et « à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant