En France, "une réforme permanente aux résultats très limités"

le , mis à jour le
21
François Hollande et Manuel Valls désespèrent leur gauche par de timides réformes sociales-démocrates qui ne portent pas leurs fruits.
François Hollande et Manuel Valls désespèrent leur gauche par de timides réformes sociales-démocrates qui ne portent pas leurs fruits.

« Bien qu'allant dans la bonne direction, la stratégie de réforme des autorités françaises apparaît parcellaire. Les actions proposées manquent souvent d'ambition et leur application n'est pas toujours certaine. Cela peut générer un sentiment de réforme permanente aux résultats tangibles très limités. » Voilà comment la Commission européenne juge la politique économique de François Hollande et de Manuel Valls dans son dernier rapport de surveillance de la France, mené dans le cadre de la coordination des politiques économiques des pays de la zone euro.

Dans cet avis publié mercredi, qui évalue par le menu toutes les réformes économiques en cours, Bruxelles reste donc très pessimiste sur la capacité de l'exécutif à enregistrer une baisse du taux de chômage avant 2017, malgré des vents économiques très porteurs (baisse des taux d'intérêt, de l'euro et du prix du pétrole concomitants). De quoi expliquer une partie du succès du FN au 1er tour des élections régionales : les Français ne croient plus aux politiques économiques proposées, pas plus à celles de l'UMP qu'à celles du PS. L'ampleur du vote pour le parti de Marine Le Pen semble en effet corrélée au taux de chômage observé dans chaque région.

Priorité au marché du travail

Si les baisses de charges et d'impôts du pacte de responsabilité vont dans la bonne direction, « une amélioration durable de la compétitivité ne sera...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CHANOMAR le jeudi 10 déc 2015 à 10:48

    Sa gestion (2010-2012) et celle de son successeur (2012-2014) au conseil général sont sévèrement critiquées par un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) en juillet 2015 BARTELONE est deja classés comme mauvais gestionnaire et les Parisien non pas encores compris

  • M3435004 le jeudi 10 déc 2015 à 10:04

    A vos dictionnaires ! J'en vois qui confondent sceptiques et septiques. Pourtant, c'est simple ! Les socialos sont septiques et les Français sceptiques.

  • gacher le jeudi 10 déc 2015 à 09:27

    et quand on voit que le ps et l'ump ont encore des électeurs malgré tout cela, on se demande, si les français ont un cerveau entre les oreilles. On joue sur les peurs, mais on sait qu'on ne peut plus perdre, tellement on est bas

  • soulamer le jeudi 10 déc 2015 à 08:03

    comment va t'il s'y prendre pour faire avaler sa candidature sans inversion de la courbe???

  • M2487190 le jeudi 10 déc 2015 à 08:01

    effectivement ? !!! bcp trop de bruit pour pas grande chose ...

  • msoulie3 le jeudi 10 déc 2015 à 07:54

    Il est "bien nourri" le petit "gros. La place est bonne et il ne fait pas beaucoup d'exercices. Qu'il aille dormir encore et encore mais qu'il "ne rêve pas tout haut" (cf ses visions sur l'emploi). Quant'à l'autre, oui qu'il implore le ciel car il doit craindre la colère des dieux !!!!!

  • bearnhar le jeudi 10 déc 2015 à 07:45

    En tout cas, grace aux emplois aidés la France est surdotée en débroussailleurs et autres balayeurs ramasseurs de feuilles mortes, on va pouvoir en exporter.

  • ppsoft le jeudi 10 déc 2015 à 07:43

    La photo d'illustration me fait dire qu'en France, ce ne sont pas les résultats qui sont très limités...

  • bearnhar le jeudi 10 déc 2015 à 07:09

    Il appelle à défendre les valeurs de la république, renseignez vous pour savoir quelles sont ces valeurs, tapez Jacqueline Sauvage, voilà le vrai visage de la république Française dirigée par ces gens, achever ceux qui sont déjà à terre. Et silence assourdissant de Taubira bien entendu.

  • bearnhar le jeudi 10 déc 2015 à 07:06

    Finira son quinquenat en petit Machiavel, faire monter le FN tout en jouant l'éffarouché, pour l'affronter au 2eme tour de 2017. Miser sur la dégonflet-te des électeurs qui menacent depuis des années mais ne vont jamais au bout. Accorder le crédit de l'état aux plus mauvais citoyens, déverser des milliards sur les grosses boites qui ricanent, au lieu de ne s'occuper et de mettre le paquet que sur les 95% de PME et artisans qui créent l'emploi, mais c'est trop tard le mal est fait.