En France, un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté

le , mis à jour à 08:25
4
En France, un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté
En France, un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté

Ce sont les conclusions accablantes d'un rapport de l'Unicef publié mardi matin. Plus de trois millions d'enfants, soit un enfant sur cinq, vivent sous le seuil de pauvreté. Dans son enquête, l'Unicef scanne tous les chiffres concernant la précarité de l'enfance et livre un résumé édifiant. Ainsi, l'on apprend qu'entre 2008 et 2012, 440 000 enfants supplémentaires ont «plongé» avec leur famille sous le seuil de pauvreté.

18% des enfants marginalisés. Pour la présidente de l'Unicef France Michèle Barzach, «ce rapport est un cri d'alarme qui doit pousser les autorités à agir d'urgence et de manière plus efficiente pour chaque enfant». Car si le texte n'indique pas le degré d'éloignement du seuil de pauvreté, la durée d'exposition de l'enfant à cette situation, ni encore les conséquences sur la vie quotidienne, il est très clair sur la marginalisation des plus jeunes. 17,7% des enfants et adolescents français sont en situation sociale d'intégration précaire ou très précaire.

9 000 enfants dans des bidonvilles. L'enquête pointe également les chiffres du mal-logement. 31 000 enfants seraient sans domicile. En 2013, le Samu social accueillait 29 000 parents et leurs enfants. C'est quatre fois plus qu'en 2004. Le texte pointe également «la situation inacceptable des enfants migrants non accompagnés et/ou vivant en bidonvilles» au nombre de 8 000 à 10 000. Privés de leurs droits fondamentaux, victimes de discriminations, ces mineurs isolés étrangers «comptent parmi les plus vulnérables». Cela conduit «à des situations indignes» comme la traite des êtres humains, alerte Michèle Barzach, 

Pas de véritable politique publique de l'enfance. La patronne d'Unicef France conclut : «La stratégie globale pour l'enfance n'existe toujours pas» en France. «Il n'y a pas de véritable politique publique de l'enfance et de l'adolescence consolidée et articulée, ni de mécanisme de suivi et d'évaluation à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M128267 le mardi 9 juin 2015 à 09:03

    Et combien ds le monde? La France reste privilégiée et ils st comptés il y a des ailleurs ou on ne compte pas.

  • M940878 le mardi 9 juin 2015 à 08:54

    mais combien de français ?

  • M4484897 le mardi 9 juin 2015 à 08:53

    Mais t'as vu la frimousse des "petits français" c'est de la misère importée, des gens a qui des passeurs ont fait miroiter mille euros mensuels sans leur dire qu'il en fallait deux ou trois fois plus pour vivre en France!

  • aerosp le mardi 9 juin 2015 à 08:48

    vals : 18000€ pour aller voir un match à Berlin !