En France, le tourisme médical pourrait rapporter deux milliards d'euros

le
1
En France, le tourisme médical pourrait rapporter deux milliards d'euros
En France, le tourisme médical pourrait rapporter deux milliards d'euros

Soigner de riches patients étrangers, voilà un marché juteux dans lequel plusieurs pays se sont déjà lancés et qui pourrait faire des émules en France. Selon un rapport remis en juin à Marisol Touraine et Laurent Fabius, le tourisme médical pourrait rapporter à la France 2 milliards d'euros et permettre de créer quelque 30 000 emplois en cinq ans. Si ce phénomène n'est pas récent, la demande elle, est en pleine croissance.

Pour profiter de cette manne et enrichir les caisses des hôpitaux, l'économiste Jean de Kervasdoué, sollicité en février dernier par la ministre de la Santé et son homologue du Quai d'Orsay, livre une série de recommandations. Avec une médecine «réputée pour sa qualité, son humanité, son accessibilité» et ses tarifs compétitifs, la France, première destination touristique mondiale, dispose de nombreux atouts, fait valoir l'auteur du rapport.

Manne financière et emplois à la clef

Jean de Kervasdoué préconise ainsi de créer un établissement public à caractère industriel et commercial (Epic) qui serait «chargé de promouvoir, d'organiser et de contrôler la prise en charge des patients étrangers en France», sous la tutelle des Ministères des Affaires étrangères, des Affaires sociales et de la Santé et de l'Intérieur. Il recommande également de «simplifier les procédures de visas pour les patients» ou de «favoriser l'ouverture d'hôtels haut de gamme spécialisés dans l'accueil de malades et de leurs familles». 

L'économiste a fait le calcul : «en cinq années, incluant l'année de lancement, il est envisageable d'atteindre un chiffre d'affaire de l'ordre 2 milliards d'euros» et qui «se traduirait par la création de 25 000 à 30 000 emplois.»

Le tourisme médical alimente les fantasmes

A l'instar de l'Allemagne ou de la Belgique, si la France développe le tourisme médical, il faudra aux politiques d'abord convaincre. Car les régimes de faveur accordé aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le mardi 10 fév 2015 à 11:00

    En effet, ce serait bien de gagner 2 milliards avec le tourisme médical, en réduisant en même temps une bonne partie des 1,3 milliards/an de dépenses publiques pour la CMU, source d'abus monstrueux, tant par des étrangers que par des nationaux. Sur Google faites "abus de la CMU". Instructif.