En France, le prix de la forêt marque le pas en 2012

le
0
Le contexte économique particulièrement morose et aussi le changement de fiscalité des plus-values ont affecté les marchés du bois et de l'immobilier.

Après avoir connu une progression constante depuis 2000, le prix des forêts a marqué une pause en 2012. Le prix de l'hectare vendu s'est élevé en moyenne l'an dernier à 3 930 euros, enregistrant une légère baisse de 1,5 % par rapport à 2011. Une stabilisation qui fait suite, il est vrai, à une forte augmentation (+19,5 %) observée entre 2009 et 2011. Parallèlement, le prix du bois lui-même a subi une baisse de 8 %. Quant aux transactions immobilières en forêt, elles affichent un recul sensible.

«Le contexte économique particulièrement morose et aussi le changement de fiscalité des plus-values ont affecté les marchés du bois et de l'immobilier, expliquent Gilles Seigle, président-directeur général de la Société forestière, filiale de la CDC, et Francis Massé, vice-président de la Fédération nationale des Safer. Toutefois le marché de la forêt reste actif avec des volumes de transactions élevés, en particulier sur les surfaces de moins de 10 hectares», relativisent-ils.

Recherche croissante de petites parcelles boisées

En effet, ce sont les forêts d'une surface de 1 à 10 hectares qui sont à l'origine de l'augmentation du nombre de transactions (+3 %) en 2012.

La recherche croissante de petites parcelles boisées, pour un approvisionnement en bois énergie ainsi que pour leur valeur refuge, explique l'engouement pour ces produits. À l'inverse, le marché des biens de 50 à 100 hectares recule de 20 %, tant en nombre de transactions qu'en surface. Les biens de plus de 100 hectares enregistrent quant à eux une diminution de 7 % des surfaces échangées. Mais le nombre des transactions et leur valeur augmentent respectivement de 7 % et 5 %.

En dépit d'un gonflement des transactions au mois de janvier 2012, en raison d'un alourdissement de la fiscalité sur les plus-values, le marché des biens bâtis recule en 2012 tant en nombre de transactions (-8 %), qu'en surfaces échangées (-9 %) et en valeur (-18 %), entraînant la valeur totale du marché à la baisse.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant