En face des patrons, Montebourg fustige l'euro fort

le
0
Le ministre du Redressement productif plaide une nouvelle fois pour « une dévaluation légère ».

Invité mardi matin par le Medef à débattre de la question de la compétitivité, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a continué l'opération séduction qu'il a commencée il y a plusieurs mois déjà à l'égard des entreprises. Lassé d'être cantonné dans un costume de pompier venant au secours des situations qui sentent le roussi, le ministre de Bercy s'est en effet confié pour mission de devenir le bâtisseur de la future France industrielle.

En face de lui, Pierre Gattaz avait surtout un message à faire passer: il faut «arrêter le zig et le zag fiscal». Une fois la chose dite, le nouveau président du patronat a de nouveau insisté sur les chantiers auxquels le gouvernement doit s'atteler: le coût du travail, le coût de la fiscalité, celui de la complexité, de l'énergie, et enfin de l'euro fort qui pèse sur les entreprises exportatrices. C'est sur...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant