En Europe, une femme sur trois victime de violences

le
0
En Europe, une femme sur trois victime de violences
En Europe, une femme sur trois victime de violences

Les chiffres font froid dans le dos ! Une femme sur trois vivant dans l'Union européenne (UE) a été victime de violences physiques ou sexuelles au moins une fois dans sa vie depuis l'âge de 15 ans, selon une étude publiée mercredi par l'Agence européenne (*) des droits fondamentaux (FRA), la plus vaste jamais réalisée.

Cela correspond à 62 millions de femmes dans l'Union européenne, alors que l'Agence estime qu'une femme sur 20 a été violée à l'âge de 15 ans ou plus. L'étude se fonde sur les témoignages dans les 28 pays de l'UE de 42 000 femmes, âgées de 18 à 74 ans, recueillis lors d'entretiens individuels réalisés en tête à tête entre mars et septembre 2012. «On a besoin d'agir. Trop de femmes souffrent en Europe!», a lancé le directeur de la FRA, le Danois Morten Kjaerum lors de la présentation du rapport. Les chiffres révélés par l'enquête ne peuvent et ne doivent tout simplement pas être ignorés», a-t-il insisté.

Plus de déclarations au nord qu'au sud de l'Europe

Les taux de déclaration les plus élevés ont été relevés dans les pays de l'Europe du Nord: au Danemark, plus d'une femme sur deux (52%) dit avoir été victime de violence. Suivent la Finlande (47%), la Suède (46%) et les Pays-Bas (45%). A l'inverse, les pays du sud de l'Europe affichent des taux plus bas: 22% des femmes en Espagne, à Chypre et à Malte ont déclaré avoir été victimes dans leur vie de violence sexuelle ou physique.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer les différences entre les pays selon la FRA, notamment une égalité des genres plus aboutie, en Europe du nord, qui peut pousser les femmes à parler plus facilement de violences et à les juger moins acceptables.

La FRA ne dispose pas de données comparables pour noter une évolution des comportements, son étude étant la première de cette ampleur. «Je pense que l'on doit répéter cette étude tous les quatre à cinq ans... En posant les mêmes questions, on peut ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant