En Europe, les Verts font grise mine

le
0
Désaveux électoraux, idées pillées, agendas défavorables? Les écolos européens s'interrogent sur leur avenir.

Les temps changent. Il y a cinq ans, l'Europe s'affichait en pionnière de la lutte contre le réchauffement de la planète, face aux réticences de la Chine et des États-Unis. Les Verts avaient le vent en poupe et le plafonnement des émissions de CO2 s'imposait comme le cri de ralliement d'une nouvelle grande puissance bienveillante.

La crise, le coût de l'énergie, l'irruption du gaz de schiste, la montée du chômage et les soucis de compétitivité ont remis les pendules à l'heure. La semaine dernière, lorsque les climatologues de l'ONU (Giec) ont confirmé le diagnostic d'un implacable réchauffement d'ici à la fin du siècle, personne n'a entendu José Manuel Barroso, Angela Merkel ou François Hollande relayer l'inquiétude. Sur le Vieux Continent, seule est sortie du bois Connie Hedegaard, commissaire danoise à l'Environnement et grande prêtresse de l'i...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant