En Espagne, que sont devenus les Indignés ?

le
0
En Espagne, que sont devenus les Indignés ?
En Espagne, que sont devenus les Indignés ?

Sur La Puerta del Sol à Madrid, l'été a déjà commencé. Les touristes prennent la pause devant la statue équestre du roi Charles III, tandis que les Madrilènes traversent la place d'un pas rapide pour se rendre au travail. Difficile d'imaginer qu'il y a cinq ans, l'endroit était recouvert de tentes. « On avait mis en place une infirmerie, une bibliothèque, un bar, se souvient Ernesto, militant de la première heure, ayant depuis rejoint les rangs de Podemos. Un groupe était en charge de la logistique, un autre de la sécurité... Une entreprise avait même fait venir un camion pizza ! »

Le mouvement des Indignés, qui a inspiré «Nuit debout» en France, est né le 15 mai 2011 à la suite d'une manifestation contre la crise économique. Une poignée d'étudiants décide de passer la nuit dehors à Madrid pour protester contre une classe politique qui, selon eux, ne les représente plus. Ils sont rejoints par des centaines puis des milliers de personnes. Une initiative spontanée, sans réel leadeur. Très vite des assemblées citoyennes, des commissions et des groupes de travail s'installent sur les places publiques de plusieurs villes d'Espagne. On y parle santé, environnement, éducation, économie ou même bien-être animal...

« Nous voulions être enfin les protagonistes du changement, apporter des idées neuves, explique Esteban, qui a participé aux événements à Grenade. Il s'agissait d'encourager le plus de monde possible à participer, afin que les activistes ne soient plus considérés comme des marginaux. »

Dans les mois qui suivent, la mobilisation prend une forme plus organisée. Terminés les campements, désormais c'est à travers des collectifs que l'on s'exprime, les plus emblématiques étant les Mareas ciudadanas ou « marées citoyennes ». A chacune sa couleur en fonction de la cause qu'elle défend : blanche pour la santé, verte pour l'éducation, jaune pour la culture...

« Entre 2011 et 2014 il y a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant