"En Espagne, nous avons une culture de l'instant"

le
0
"En Espagne, nous avons une culture de l'instant"
"En Espagne, nous avons une culture de l'instant"

Depuis son fief valencien où il prépare un déjeuner en famille, la légende Santi Cañizares reste toujours intacte malgré ses 46 bougies soufflées fin 2015. Pour débuter cette nouvelle année civile, le portier revient sur son passé en Liga et en Europe, au FC Valence et au Real Madrid, avant le choc de cette fin de journée. Entretien en blond peroxydé.

Bonjour Santiago. Comment se passe la vie pour toi ? Je suis à Valence aujourd'hui. Je travaille en tant que commentateur sportif pour Movistar Plus, une filiale de Canal Plus en Espagne, ainsi que pour la Cadena Ser. Je suis toujours dans le football, mais maintenant, je suis passé du côté des analystes. Cela fait maintenant sept ans et demi, je trouve cela très agréable. Je suis ici avec ma femme, nous vivons de beaucoup d'amour et de beaucoup d'enfants (rires) !

Puisque l'on parle de ta moitié, l'an passé, tu es passé avec elle chez A Bailar ! (version espagnole de Danse avec les Stars, ndlr) pour danser sur "The Time of my Life" de Dirty Dancing. Tu as fait un vrai carton… Comment as-tu vécu la chose ? C'était une expérience originale… En réalité, ma femme m'a beaucoup poussé à passer dans cette émission, je ne l'aurais pas fait de mon propre chef. Je l'ai fait par amour pour elle (rires) ! Je n'avais jamais dansé avant… C'était une expérience complètement nouvelle. Franchement, je ne me sentais pas super bien quand on s'est lancés, ce n'est vraiment pas simple.... Mais au final, l'expérience était plutôt bonne. L'enseignement des professeurs était fondamental pour progresser pas à pas. Le faire à la télévision, c'est autre chose que de t'amuser chez toi. Je disais toujours au chef de production que le moment où il annonçait le "3,2,1, musique !", ça me stressait encore plus que d'entrer sur le terrain pour une finale de Ligue des champions…

Photo : La Roja danse avec Canizares
Tu avais reçu des messages de soutien de l'équipe d'Espagne, ils te suivaient comme des fous… Ah ça, je pense qu'ils se sont tous bien détendus à me voir depuis leur télévision (rires) ! C'était aussi un bon moment pour eux… L'émission avait connu la meilleure audience de toute la communauté de Valence, tu imagines un peu la chose… Des amis très proches étaient derrière leur écran pour me voir pendant le show, la pression était immense.








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant