En Espagne, la police travaille... sur Twitter

le
0
En Espagne, la police travaille... sur Twitter
En Espagne, la police travaille... sur Twitter

Pédophilie, trafic de drogue, fraude: la police espagnole a fait de Twitter un allié pour lutter contre la délinquance et faire passer ses messages, son compte Twitter, avec plus de 500.000 abonnés, étant l'un des plus suivis pour une police après celui du FBI américain.Grâce à des appels à témoins lancés sur twitter, la police assure avoir arrêté près de 300 personnes dans des affaires de trafic de drogue, depuis début 2012.Le secret? Un ton volontairement décalé et direct pour s'adresser à la population. "Si vous connaissez quelqu'un, un groupe de trafiquants de drogue, ou des lieux de trafic, dites-le nous à antidroga@policia.es#CONFIDENTIAL, et on les chopera", lance la police dans un tweet.Un autre message prévient: "Ces #Gintonic cool avec des fruits, légumes et fleurs... On paie mais c'est si tendance! Fais gaffe: si tu conduis après en avoir bu, tu vas le payer très cher".Tout est bien calculé: ces appels et conseils au langage "geek" sont distillés surtout le soir, quand le public de Twitter est le plus large."On essaie de ne pas être trop ennuyeux ou trop institutionnel, de ne pas trop nous regarder le nombril, car sinon les gens y perdront intérêt", explique Carlos Fernandez Guerra, responsable de cette équipe de six jeunes officiers diplômés en psychologie ou en sociologie qui alimentent les comptes de la police sur les réseaux sociaux.Les internautes "nous apportent plein d'informations très utiles" et parfois, ce sont même eux qui déclenchent des opérations, ajoute cet officier de 39 ans en s'asseyant derrière son bureau, armé de son iphone et de sa tablette ipad."Par exemple, récemment, on nous a signalé à travers Twitter un cas de pornographie infantile. On a reçu plusieurs avis sur une vidéo circulant sur le web, à caractère sexuel et dans laquelle apparaissaient des mineurs. Une fois les auteurs identifiés, plusieurs personnes ont été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant