En Égypte, le dilemme de Mohammed Morsi

le
0
VIDÉO - Affronter la rue ou renoncer à la présidence de la République, un an après l'avoir conquise : le président islamiste est poussé à la confrontation par les Frères musulmans.

Le raïs contesté ne cesse de le répéter depuis le début des manifestations: il est le premier président égyptien élu démocratiquement. Sa légitimité ne peut lui être retirée que par un nouveau passage par les urnes, à la date prévue, c'est-à-dire en 2016. Mais le président islamiste peut-il ignorer longtemps encore les appels conjoints de la rue et de la communauté internationale, qui le poussent de plus en plus vers la sortie?

Une chose est sûre: après avoir rêvé pendant cinquante ans de prendre le pouvoir par la force, les islamistes égyptiens ne vont pas lâcher les rênes d'un pays que le suffrage universel leur a confiées en 2012. Le peuple ne restera pas sans réaction face à la «rébellion militaire», assure ce mercredi matin l'un des leaders des Frères musulmans, Essam e...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant