En Egypte, le clic pour la bonne cause avec la start-up Bassita

le
0
En Egypte, le clic pour la bonne cause avec la start-up Bassita
En Egypte, le clic pour la bonne cause avec la start-up Bassita

Avant, pour avoir de l'eau dans son village en Egypte, Aaz Menhom devait frapper à la porte des voisins au moins dix fois par jour avec un seau. Aujourd'hui, grâce aux clics d'internautes, elle a enfin un robinet dans sa cour.Si cette jeune mère à la silhouette frêle peut maintenant cuisiner et faire la lessive sans transporter de lourds seaux d'eau dans ce hameau d'Al-Jendaya, à 200 km au sud du Caire, c'est grâce au "clickfunding", littéralement "financement par des clics" en anglais. Un concept innovant lancé en Egypte par une start-up, Bassita.Bassita, cela signifie "simple" en arabe, simple comme son principe: pour financer une bonne cause dans un pays où plus de 40% des foyers ont accès à Internet, Bassita lance des campagnes sur les réseaux sociaux qui font le buzz, photos ou vidéos ludiques présentant un micro-projet de développement, que les internautes sont invités à "tweeter", "liker" et partager. Une fois un certain nombre de clics atteint, des sponsors financent le projet."C'est un don du ciel", s'extasie Aaz Menhom, 27 ans, dans sa maison d'une pièce pauvrement meublée, qu'elle et ses deux enfants partagent avec sa soeur et ses cinq neveux. Joignant ses mains sous l'eau qui jaillit du robinet sommaire à peine installé dans la cour en terre battue, elle fait boire son fils Atef, cinq ans, et sa fille Nada, six ans, tout excités. "Je leur faisais prendre un bain tous les quatre jours, maintenant ils pourront se laver tous les jours", confie-t-elle rayonnante, les cheveux couverts par un foulard motif panthère."Vous êtes à un clic de changer le monde", prévient le site internet de Bassita, fondée en août 2014 par deux jeunes trentenaires venus de France et installés depuis plusieurs années au Caire, Alban de Ménonville et Salem Massalha.- Philanthrope - Leur objectif: "révolutionner" la publicité en ligne, en misant sur la fibre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant