En Egypte, la télé sert toujours la propagande des militaires

le
0
La maîtrise de l'information reste un enjeu clé du pouvoir.

Un drap blanc, un vidéoprojecteur, des enceintes: ce sont les nouvelles armes des activistes, qui, par petits groupes, sillonnent quotidiennement Le Caire et les grandes villes de province. Dans tous les quartiers, défavorisés comme prospères, ils projettent des centaines de vidéos, souvent choquantes. On y voit des manifestants molestés et pis encore: une femme gisant à terre, les vêtements arrachés, sous une pluie de coup de matraques, un corps inerte tiré par des militaires et abandonné dans un caniveau...

Ces documents, largement relayés sur Internet, restent les grands absents des programmes de la télévision gouvernementale. «Il faut casser ce mur du mensonge des médias d'État, qui vendent une image angélique des militaires. Si le message passe, la révolution est gagnée. L'armée n'aura plus d'autre choix que de rendre le pouvoir aux mains des civils», explique Hicham Ezzat, 28 ans, un des organisateurs de cette opération «Kazeboune», menteurs en arabe,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant