En Égypte, la bataille de la Constitution a commencé

le
0
Islamistes et laïcs luttent pied à pied sur l'orientation de la future loi fondamentale, qui sera soumise à référendum.

Le cliquetis de ses talons la devance. D'un pas ferme, Manar el-Shorbagy franchit le seuil du salon cossu du «Majlis al-Choura» (la Chambre haute du Parlement) où, quelques mètres plus loin, se dessinent avec remous les contours de la future Constitution égyptienne. «Un travail délicat», murmure, essoufflée, cette politologue en s'enfonçant dans un des fauteuils réservés à l'heure de la pause. Au fond de la grande salle rectangulaire, une demi-douzaine de barbus profitent de l'intermède imparti pour réciter la prière du soir en direction de La Mecque: un échantillon de ses collègues salafistes avec qui cette femme ouvertement libérale planche douze heures par jour sur l'architecture de la nouvelle Égypte.

La tâche est ardue. Enclins à une coloration plus religieuse du pays, les partisans d'un islam radical, acteurs désormais incontournables de la nouvelle scène politique, veulent introduire trois articles particulièrement controversés: la pénalisation de tout

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant