En Égypte, l'opposition se radicalise

le
0
Malgré les appels au calme, des affrontements ont éclaté près du palais présidentiel.

Ils sont redescendus dans la rue. Malgré la pluie, la fatigue et les efforts des parties rivales pour tenter d'amorcer une sortie de crise. «Nos dirigeants sont des menteurs! Nous n'en voulons pas! S'il faut que le sang coule pour s'en débarrasser, alors il coulera», crie cette Égyptienne d'une quarantaine d'années, dans un des cortèges qui mène vers la place Tahrir, ralliée en ce vendredi après-midi par quelques milliers de protestataires. Elle s'appelle Rima et cette employée du tourisme dit n'avoir plus rien à perdre, «puisque de toute façon, les étrangers ne viennent plus chez nous, et que mon agence va finir par mettre la clé sous la porte».

Dans la foule, au-dessus des têtes, des banderoles demandent «justice» pour les quelque cinquante victimes des accrochages meurtriers de ces derniers jours. Mais c'est surtout la fin du gouvernement du «guide» des Frères musul...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant