EN DIRECT. Syrie : Angela Kane, haute représentante de l'ONU, à Damas ce samedi

le
1
EN DIRECT. Syrie : Angela Kane, haute représentante de l'ONU, à Damas ce samedi
EN DIRECT. Syrie : Angela Kane, haute représentante de l'ONU, à Damas ce samedi

Alors que l'hypothèse d'un bombardement avec des gaz neurotoxiques mercredi près de Damas est privilégiée par des experts, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon hausse le ton contre le régime syrien ce vendredi. Il prévient que si cette utilisation d'armes chimiques était avérée, elle constituerait un «crime contre l'humanité» qui aurait «de graves conséquences».

La veille, l'ONU avait demandé formellement au gouvernement syrien d'autoriser les experts à enquêter dans la banlieue de Damas. Ils ne sont pour le moment autorisés qu'à mener l'enquête sur trois autres sites syriens.

Mercredi, une offensive a eu lieu dans la banlieue sud-ouest de Damas aux mains des rebelles. Si l'opposition accuse le régime d'avoir tué plus 1.300 personnes avec des armes chimiques, l'Observatoire syrien des droits de l'homme, compte, lui, 170 victimes. Le gouvernement et l'armée de Bachar al-Assad démentent fermement avoir utilisé des gaz toxiques.

Alors que Barack Obama avait déclaré il y a un an, que l'utilisation par le régime syrien d'armes chimiques constituerait une «ligne rouge» qui ne doit pas être dépassée, le président américain a demandé à ses services de renseignement d'enquêter. À Washington comme à Paris, une intervention massive au sol est jugée hors de question.

Le conflit qui a fait plus de 100 000 morts depuis mars 2011, a poussé à la fuite des millions de Syriens et dévasté le pays.

>> Suivez en direct les événements de ce vendredi en Syrie:

19h05. Une haute responsable de l'ONU se rendra à Damas samedi pour négocier une enquête. La haute représentante de l'ONU pour le désarmement, Angela Kane, «est attendue à Damas demain» a déclaré ce vendredi le porte-parole adjoint de l'ONU Eduardo de Buey. L'ONU a demandé une nouvelle fois au gouvernement syrien d'autoriser d'urgence ses experts à enquêter près de Damas sur des accusations d'utilisation d'armes chimiques.

18h45. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 23 aout 2013 à 12:18

    Juppé, toujours aussi lèche babouches. Faire tuer des soldats français non musulmans pour aider des djihadistes qui viendront un jour empoisonner la France. Juppé tu n'est qu'un moins que rien. à honnir.