EN DIRECT. Intempéries : un arrêté de catastrophe naturelle dès le 8 octobre

le
0
EN DIRECT. Intempéries : un arrêté de catastrophe naturelle dès le 8 octobre
EN DIRECT. Intempéries : un arrêté de catastrophe naturelle dès le 8 octobre

Au lendemain de pluies diluviennes, l'Hérault s'est réveillé les pieds dans l'eau mardi. Au fil de la journée, l'accalmie s'est confirmée dans le ciel. Le département a été rétrogradé en vigilance orange, puis jaune par Météo France, qui l'avait jusque là placé en alerte rouge jusqu'à mardi 17 heures, en raison de nouvelles pluies possibles. Maintenus en vigilance orange jusqu'à 16 heures, les départements de l'Aude, des Pyrénées-Orientales et du Gard sont tous repassés au jaune. A 18 heures, seul le Var, placé en vigilance orange à la mi-journée, était encore en alerte. Aucune victime n'a été enregistrée.

Les intempéries de lundi ont déjà fait de nombreux dégâts et 4000 «naufragés» ont été pris en charge dans la nuit de lundi à mardi, dont la moitié dans les gares de Béziers et Montpellier. Sans compter les centaines de personnes qui ont du dormir dans la salle de spectacle du Zénith, à Montpellier, dans des gymnases ou même des collèges.

Le ministre de l'Intérieur, qui s'est rendu sur place dans la journée, a annoncé qu'une soixantaine de communes de l'Hérault seraient classées en état de catastrophe naturelle. Les zones les plus touchées s'étendent sur un arc allant d'Agde au sud de Montpellier et passant au-dessus de l'étang de Thau, selon la préfecture.

Côté transports, les perturbations ont persisté dans la journée . La circulation des trains est resté interrompue entre Nîmes et Narbonne jusqu'en début d'après-midi. Le trafic ferroviaire a toutefois repris progressivement et devrait retrouver une allure normale d'ici à la fin de journée

Suivez en direct les événements de la journée :

17h30. L'arrêt de catastrophe naturelle au conseil des ministres le 8 octobre «Comme le Premier ministre et le président de la République l'ont indiqué à plusieurs reprises au cours des derniers mois pour des événements de ce type, dans le conseil des ministres qui suit, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant