EN DIRECT. Hollande à Bangui : «Nous avions obligation d'intervenir vite et fort»

le
0
EN DIRECT. Hollande à Bangui : «Nous avions obligation d'intervenir vite et fort»
EN DIRECT. Hollande à Bangui : «Nous avions obligation d'intervenir vite et fort»

Le désarmement des groupes armés à peine lancé, le président François Hollande est arrivé ce mardi soir à Bangui, la capitale centrafricaine, encore loin d'être sécurisée quelques heures après la mort de deux soldats français. L'avion du président s'est posé vers 19h15 (heure locale et de Paris) à l'aéroport M'Poko, après la visite présidentielle en Afrique du Sud pour les funérailles de Nelson Mandela.

Cinq jours après le début officiel de son intervention en Centrafrique, l'armée française fait désormais face à des «accès de violence», pillages et tentatives de représailles contre les civils musulmans, lourds de menaces pour la suite des événements. Coups de feu, mouvements de foules, corps sans vie sur la chaussée : la confusion a régné une grande partie de la journée de mardi dans le quartier Combattant, proche de l'aéroport M'Poko.

C'est dans un quartier voisin, dans cette même partie nord de la capitale, que deux militaires français ont été tués dans un accrochage au cours de la nuit, selon Paris. Il s'agit des premières pertes françaises depuis le déclenchement jeudi soir de l'intervention française Sangaris, dans la foulée d'un feu vert de l'ONU.

Suivez les événements en direct :

20h30. François Hollande ne sortira pas du tarmac. La dangerosité du climat dans la capitale centrafricaine oblige finalement le convoi présidentiel à rester dans le hangar de l'aéroport, alors qu'il semblait prévu que François Hollande rencontre les autorités politiques et religieuses du pays en dehors de l'aéroport. Par mesure de sécurité, ces rencontres devraient avoir lieu dans le hangar où le président a rendu hommage aux soldats.

19h49. Secteur quadrillé pour la visite. Des avions de combat ont survolé la zone où a atterri François Hollande, qui a été sécurisée par les forces françaises dans la soirée. Un couvre-feu est instauré à partir de 18 heures mais les violences se poursuivent dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant