EN DIRECT. Crash de l'A320 : le copilote avait 630 heures de vol

le
2
Un hélicoptère de la gendarmerie s'approche des lieux du crash, le 25 mars.
Un hélicoptère de la gendarmerie s'approche des lieux du crash, le 25 mars.

L'analyse de la première boîte noire retrouvée mardi, quelques heures après le crash de l'Airbus de Germanwings qui s'est écrasé dans les Alpes françaises, permet aux enquêteurs de mieux comprendre le déroulement des faits. Une conférence de presse sera donnée par le procureur de la République en charge du dossier jeudi à 12 h 30. Suivez en direct les avancées de l'enquête sur la pire catastrophe aérienne en France depuis 30 ans.

9 heures. Les opérations sur le site du crash de l'A320 de Germanwings dans le sud des Alpes "ont repris" jeudi "vers 7 h 45" et des médecins légistes, accompagnés de gendarmes spécialisés montagne, sont en cours d'hélitreuillage, a indiqué la gendarmerie. Le dispositif est pour l'instant "le même" que mercredi a indiqué la même source. Le ciel est complètement dégagé, sauf sur la zone du crash, où des nuages restent accrochés.8 h 30. Le copilote de l'Airbus de Germanwings qui s'est écrasé mardi dans les Alpes françaises avait été engagé "en septembre 2013" par la compagnie aérienne et comptait 630 heures de vol, a indiqué jeudi le groupe Lufthansa à l'AFP. Lufthansa, maison mère de Germanwings, n'a pas confirmé les informations selon lesquelles l'un des deux pilotes s'était trouvé seul aux commandes, l'autre restant bloqué à l'extérieur du cockpit. Le commandant de bord avait plus de 10 ans d'expérience et plus de 6 000 heures de vol sur des appareils Airbus, avait indiqué...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2784728 le jeudi 26 mar 2015 à 10:40

    Il semble que les trois dernières catastrophes aériennes (celle-ci + les deux "disparus") mettent en cause le personnel navigant ! Les compagnies doivent pouvoir légalement "écrémer" leur personnel .....

  • kurki le jeudi 26 mar 2015 à 09:41

    Depuis le début, la direction de la compagnie paraissait très gênée quant un possible attentat. Elle n'aurait dû engager le copilote qu'après un examen approfondi de son CV ! Elle dit ne pas savoir quelle est sa nationalité ! Le comble !