En décembre, un repas sur cinq est pris dans un fast-food

le
0

Le dernier mois de l'année est traditionnellement consacré aux courses de Noël. Les Français ont donc tendance à chercher des solutions de restauration rapide entre deux séances de shopping dans les centres commerciaux.

Faste période pour les fast-foods. Si le mois de décembre marque le début d'une période festive dans la restauration, avec notamment l'apparition des menus de Noël et autres spécialités de fin d'année proposés dans la plupart des restaurants, ce sont les établissement de restauration rapide qui profitent le plus du «rush» de fin d'année, selon une étude de The NPD Group, qui scrute tous les mois les habitudes de fréquentation des restaurants de 14.000 Français.

Depuis 2009, les visites dans les fast-foods au mois de décembre n'ont cessé d'augmenter en France, grimpant de 5%, soit 3,5 millions de visites en plus. Un repas sur cinq ont été pris dans l'un de ces établissements en décembre 2013, contre un sur six sur le reste de l'année. Le mois de décembre est traditionnellement consacré aux courses de Noël et les Français ont donc tendance à chercher des solutions de restauration qu'ils peuvent caler entre deux séances de shopping. «Les fast-foods sont souvent choisis comme solution de repas rapide entre les courses, mais également les chaînes de sandwicheries et les commerces de proximité proposant des offres de restauration à emporter», précise Maria Bertoch, Industry Expert de la Division Foodservice Europe de NPD Group.

Au total, 21% des repas au restaurant ont été pris dans des centres commerciaux ou galeries marchandes en décembre 2013, contre 18% le reste de l'année. A noter que les Français font leurs courses de Noël à l'heure du déjeuner en semaine, ce qui se traduit par des pics de visites dans les fast-foods sur ces créneaux en particulier.

Trêve des confiseurs

Le trio gagnant des produits le plus consommés en décembre a été légèrement bouleversé. S'étant hissé en deuxième position, derrière les viennoiseries (90 millions d'unités vendues en décembre 2013), les burgers (75 millions d'unités) dépassent désormais les desserts (70 millions d'unités) dans le top trois des ventes. Le marché du burger a en effet explosé en France: il s'est vendu 970 millions d'unités en 2013 sur un peu plus de 2 milliards de sandwichs consommés, selon le cabinet Gira Conseil.

Toujours est-il qu'une fois la trêve des confiseurs passée, les fast-foods devront maintenir l'effort de reconquête d'une clientèle de plus en plus nombreuse à les juger trop chers. Selon une étude réalisée récemment par le cabinet Simon-Kucher & Partners, plus du tiers des clients réguliers des principales enseignes de restauration rapide déclarent baisser désormais leur fréquentation de ces établissements en raison, entre autres, de prix trop élevés.

Les consommateurs pointent aussi la nourriture trop peu équilibrée proposée dans ces grandes chaînes. Or, en dehors de la pause dans le shopping de Noël, les fast-foods attirent surtout les familles sur cette période, dont la part dans les visites de ces enseignes passe de 35% de moyenne annuelle à 37% en décembre, selon The NPD Group. C'est sans doute pourquoi l'industrie agroalimentaire a choisi la date du début des vacances scolaires de Noël, soit le 20 décembre, pour lancer une nouvelle campagne contre la malbouffe. Via une minisérie pédagogique diffusée à la télévision et adressée aux enfants de 8 à 12 ans, «Les défis d'Alfridge», elle entend promouvoir «une alimentation et une activité physique favorables à la santé».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant