En Crimée, le blues des réfugiés ukrainiens

le
1
Fin août, environ 285 000 Ukrainiens avaient quitté leur maison pour fuir les combats dans l'est de l'Ukraine. Environ 168 000 auraient trouvé refuge en Russie. Ici, dans un camp de réfugiés ukrainiens dans la ville russe
Fin août, environ 285 000 Ukrainiens avaient quitté leur maison pour fuir les combats dans l'est de l'Ukraine. Environ 168 000 auraient trouvé refuge en Russie. Ici, dans un camp de réfugiés ukrainiens dans la ville russe

Ils jouent aux cartes à l'ombre d'un arbre, mais ils ont l'esprit ailleurs. Andreï et ses collègues ont fui les combats de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, et vivent depuis un mois dans un camp de réfugiés ouvert en Crimée, au sud, par les autorités russes. Ici, dans le village d'Opushki, situé sur les hauteurs d'une forêt à une demi-heure de Simferopol, ils sont 874 à occuper des tentes et les baraquements d'une ancienne caserne. Tous originaires de l'est de l'Ukraine. Ils dorment sur des lits de camp et sont ravitaillés en nourriture par des camions en provenance de Tchétchénie. Beaucoup ont amené avec eux leur chien, leur chat et parfois même leur perroquet.Andreï, ancien ingénieur dans une mine, raconte les "bombardements des usines, des cliniques et des civils depuis des avions qui volent trop haut pour être précis". Il détaille les fouilles des militaires ukrainiens à la recherche de traces dans le creux des épaules des hommes soupçonnés de tenir un fusil. "Moi aussi j'ai songé à prendre les armes mais en voyant tous ces petits tsars à la tête de leur bataillon de séparatistes j'ai renoncé." "Nos hommes politiques ont tout détruit"Puis il parle de l'indépendance de son pays au début des années 1990 et les larmes lui montent aux yeux. "Quand l'Ukraine est sortie de l'URSS, j'avais 17 ans et je voulais pouvoir voyager et vivre dans un pays libre et digne. Nous avions tous un but commun. Aujourd'hui, nos hommes politiques ont tout...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le vendredi 5 sept 2014 à 10:02

    les ukrainien russophones sont clair comme les wallons. Wallons d'abord, mais pas Français, mais a choisir entre des flamands qui vous bombarderaient et des Français, ils prefereraient des Français .Mais ils se sentent wallons francophones, pas Français, et surtout pas flamand. C'est pourquoi poutine n'a aucune intention d'envahir l'Ukraine.La population ne le souhaite pas, meme si elle souhaite encore moins les bombardement de kiev.