En coulisses, Martine Aubry ronge son frein

le
1
La maire de Lille a rencontré cette semaine François Hollande et Jean-Marc Ayrault.

«Adieu, je reste!» C'est le titre d'une pièce d'Alain Sachs, jouée au Théâtre des Variétés, à Paris. Ce pourrait être aussi l'un des leitmotivs de Martine Aubry. Retirée sur ses terres du Nord depuis son départ de la direction du PS, en septembre, la maire de Lille hante la scène nationale, en coulisses. Elle a déjeuné mercredi à Matignon avec Jean-Marc Ayrault. Plus tôt, elle était reçue au Quai d'Orsay, pour faire un point sur la Chine. Lundi, c'est le président François Hollande - qu'elle accompagnera en Chine en avril - qui la recevait à l'Élysée. «Le travail qu'on peut faire comme maire continue à alimenter ma réflexion nationale», a-t-elle expliqué à l'issue du déjeuner.

Les proches de l'ex-première secrétaire du PS jurent qu'elle ne fait pas figure de «premier ministre bis». Et qu'elle se consacre «pleinement» à sa ville, où elle briguera un nouveau mandat en 2014....



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • derastea le jeudi 28 fév 2013 à 10:31

    Manque plus que les ar abes (ou leurs suportter) prennent le pouvoir. AUBRY, Mme pro islam.Il faut que les citoyens demandent à leurs élus qu'il faut inscrire dans la constitution que la France est d'origine et a été faconné par les Judeo Chrétiens