«En consultation, seul le malade compte»

le
0
INTERVIEW - Le Pr David Khayat, chef du service de cancérologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, vient de publier De larmes et de sang (Éditions Odile Jacob).

LE FIGARO. - Vous livrez un récit très personnel, introspectif, dans lequel vous dévoilez vos états d'âme pendant l'exercice de votre métier. Pourquoi ce type de confession, et maintenant?

David KHAYAT. - Je me suis toujours servi de l'écriture (j'ai notamment écrit des romans) pour mettre à distance le cancer, effacer ce concubinage avec la mort qui est notre lot quotidien. Mais là, j'avais envie de transmettre à mes étudiants, aux jeunes médecins en général, combien aujourd'hui c'est le savoir-être et le savoir-faire qui comptent en consultation, plus que le savoir. Pour les connaissances, il y a les logiciels d'ordinateur!

En outre, le contexte dans lequel nous travaillons a changé. De plus en plus des malades que nous recevons sont appelés à gu...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant