En Colombie, les FARC prêts au cessez-le feu illimité si le gouvernement tend la main

le
0
En Colombie, les FARC prêts au cessez-le feu illimité si le gouvernement tend la main
En Colombie, les FARC prêts au cessez-le feu illimité si le gouvernement tend la main

Est-ce le prémice d'un armistice ? La hiérarchie militaire des Farc a décrété mercredi soir un cessez-le-feu illimité en Colombie, du jamais vu depuis le lancement du processus du paix. Ce geste est avant tout destiné à faire pression sur le gouvernement, qui a lancé une réplique militaire depuis 2002 et l'arrivée d'Uribe au pouvoir.

Depuis La Havane, où ont démarré il y a deux ans des pourparlers, la délégation des Forces armées révolutionnaires de Colombie a annoncé mercredi «l'interruption des hostilités pour une durée indéterminée». #FARC-EP declares unilateral ceasefire for an indefinite period http://t.co/EhNDqwtuMh-- FARC-EP in English (@FARC_EPeace) 17 Décembre 2014

Jusqu'alors, la rébellion marxiste, la plus ancienne d'Amérique latine qui compte encore 8 000 combattants après un demi-siècle d'existence, et qui s'est enfoncée peu à peu dans le trafic de drogues, n'avait observé que des cessez-le-feu temporaires à la période de Noël. Cette année ne dérogeait pas à la règle. Soumise à de plus en plus de défections dans ses rangs, pour des raisons idéologiques autant que par lassitude des conditions de vie extrêmement pénibles dans la jungle, les Farc ont demandé la mise en place d'observateurs internationaux, une exigence nouvelle, et annoncé qu'ils suspendraient la trêve en cas «d'attaques de la part de la force publique». En faisant le jeu de l'opinion, qui n'en peut plus d'une guerre civile qui a fait plus de 220 000 morts et fait 5,3 millions de déplacés, sans parler des nombreux otages aux mains de petites unités, la guérilla espère pousser le poussoir à accepter un compromis.

Jusqu'à présent, les gouvernements d'Alvaro Uribe puis de Juan Manuel Santos se sont fermement opposés à tout cessez-le-feu militaire avant un accord définitif, estimant qu'une trêve renforcerait la guérilla, déjà seule autorité présente dans quelques régions du pays.

A présent Santos est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant