En Colombie, la police manie l'arme de l'humour sur internet

le
0
En Colombie, la police manie l'arme de l'humour sur internet
En Colombie, la police manie l'arme de l'humour sur internet

Si tu veux gagner du pognon, laisse tomber l'extorsion", "Tu peux conduire si tu es ivre, mais seulement d'amour": en maniant l'arme de l'humour, la police de Colombie est devenue l'une des plus suivies au monde sur les réseaux sociaux.Dernier exemple en date, la destruction d'un laboratoire de drogue clandestin dans une localité à 600 kilomètres de Bogota se traduit par cette conclusion sur son compte Twitter (@PoliciaColombia) : "Ils étaient en train de préparer une mauvaise salade à Puerto Santander, mais ils n'ont pas pu la servir".En charge des médias numériques au sein de la police nationale, le lieutenant Dorian Vanegas assure que ces interventions détonantes sur internet vont améliorer la sécurité dans les villes d'un pays encore marqué par des taux élevés de délinquance."Nous avons recours à une communication qui permet d'établir un lien avec la population grâce au média numérique", affirme-t-il dans un entretien à l'AFP.Depuis le mois de décembre, une équipe spéciale de la police colombienne s'emploie à ciseler les annonces diffusées sur Facebook, Instagram, Youtube et surtout sur son compte Twitter, qui compte plus de 640.000 abonnés.En peu de temps, l'institution s'est taillée un énorme succès sur le site de microblogging, où elle s'est imposée comme l'un des corps policiers les plus suivis de la planète, derrière celui de l'Espagne (1,37 million d'abonnés) ou du FBI (1,08 million), se félicite M. Vanegas.D'une moyenne de 15 retweets à l'origine, ses messages en comptent désormais jusqu'à 300, souligne-t-il.Mettre en valeur le travail de la police est un des objectifs de cette stratégie qui mise aussi sur la prévention avec des tweets en forme de pastiches ou de commentaires ironiques. - Des 'cours contre le vol' - Le trafic de cocaïne, dont la Colombie est l'un des principaux producteurs, constitue l'un des thèmes de prédilection."Des fois, je voudrais me lancer dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant