En Chine, les marchés rechutent, les médias d'Etat minimisent

le
0
 (Actualisé avec précisions et contexte) 
    par Samuel Shen et Pete Sweeney 
    SHANGHAI, 28 janvier (Reuters) - Les marchés boursiers 
chinois ont de nouveau fortement reculé jeudi, portant leurs 
pertes depuis le début du mois à près de 25%, une glissade qui a 
fait fondre leur capitalisation globale d'environ 13.000 
milliards de yuans (1.800 milliards d'euros), mais dont la 
presse officielle assure qu'elle ne reflète pas l'état réel de 
l'économie. 
    L'indice CSI 300  .CSI300  des principales valeurs cotées à 
Shanghai et Shenzhen a fini sur un repli de 2,61% à 2.853,76 
points et l'indice composite de Shanghai  .SSEC  a abandonné 
2,85% à 2.657,48.  
    Les volumes d'échanges ont été très faibles, de nombreux 
investisseurs s'étant détournés des actions chinoises après la 
chute de 40% de l'été dernier et les turbulences des semaines 
écoulées, qui ont ramené les marchés à leur niveau de début 
décembre 2014. 
    "La majorité des investisseurs en actions que nous avons 
rencontrés au cours d'une tournée marketing de quatre jours dans 
l'Asean la semaine dernière ont réduit leur exposition aux 
actions chinoises à des degrés divers et attendent des signes de 
stabilisation avant de revenir sur le marché", explique le 
courtier japonais Nomura. 
    Wang Yu, analyste de Pacific Securities, déclare pour sa 
part que "l'on parle de plus en plus d'appels de marge et de 
réduction de l'effet de levier sur un marché pessimiste pour 
l'économie chinoise et la valeur du yuan".  
     
    DES "CRAINTES INFONDÉES", DIT LE QUOTIDIEN DU PEUPLE 
    Dans un éditorial jeudi, le Quotidien du peuple, organe 
officiel du Parti communiste chinois (PCC) évoque des "craintes 
infondées" sur l'économie, expliquant que la Chine continue de 
tirer la croissance mondiale et de bénéficier de flux 
d'investissement étrangers, d'une inflation modérée et d'une 
politique monétaire prudente.  
    La volatilité des marchés, ajoute-t-il, ne reflète pas la 
situation économique mais montre que les marchés, la 
réglementation et les investisseurs ont besoin de mûrir.  
    Pour Nomura, la principale crainte des investisseurs en 
actions est celle d'une dévaluation brutale de 10% à 15% du 
yuan, même si la Banque populaire de Chine (BPC) a stabilisé le 
cours pivot de la devise ces derniers jours après la baisse 
marquée du début janvier, qui avait déclenché des turbulences 
sur la plupart des marchés mondiaux.  
    Sur le marché spot, le yuan se traitait jeudi à 6,5772 pour 
un dollar  CNY=CFXS , proche de son niveau de clôture de 
mercredi. Il était en légère hausse sur le marché "offshore" à 
6,6129, soit environ 0,5% en dessous du taux "onshore".  
    La BPC a de nouveau abreuvé le marché de liquidités pour 
éviter tout risque de tension avant les longues célébrations du 
Nouvel An chinois, la semaine prochaine.  
    Mais ces injections à court terme ont aussi eu pour effet de 
saper l'espoir d'une baisse prochaine du taux des réserves 
obligatoires, qui aurait l'avantage de libérer des capitaux à 
long terme susceptibles de soutenir durablement l'activité 
économique.     
 
 (Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant