En Chine, le "Trésor" d'Alibaba à l'assaut du secteur bancaire

le
0
En Chine, le "Trésor" d'Alibaba à l'assaut du secteur bancaire
En Chine, le "Trésor" d'Alibaba à l'assaut du secteur bancaire

Etendant ses activités bien au-delà du commerce électronique, le mastodonte de l'internet chinois Alibaba ébranle les banques d'Etat avec un produit d'investissement au succès fulgurant, qui a attiré en un an l'équivalent de 68 milliards d'euros de dépôts.Alibaba, qui se prépare à faire une entrée fracassante à la Bourse de New York, avait déjà révolutionné en Chine le secteur de la distribution avec ses plateformes de vente en ligne Taobao et Tmall.Désormais, Jack Ma, son emblématique fondateur, espère initier pas moins qu'un remodelage du secteur bancaire chinois -- qui reste dominé par quatre grandes banques publiques.Ces établissements sont largement critiqués pour les frais onéreux qu'ils facturent, pour la piètre qualité de leurs services, et pour attribuer des prêts avant tout aux grands groupes publics --en dédaignant les requêtes des petites firmes privées."Le monde de la finance a besoin d'un élément perturbateur. Si les banques sont incapable de changer, nous allons les forcer à changer", a lancé M. Ma l'an dernier.Son arme: un attractif produit de placement, proposé à partir de juin 2013 aux usagers d'Alipay --le service de paiement en ligne d'Alibaba, sorte d'équivalent local de PayPal.Baptisé Yuebao ("Trésor en surplus") et offrant des taux de rentabilité très supérieurs à ceux des dépôts bancaires, ce produit d'un genre inédit a connu un succès foudroyant.En un an, Yuebao a convaincu 100 millions de clients, qui ont placé quelque 574 milliards de yuans (68 milliards d'euros)... des sommes qui surpassent les actifs de certaines grandes banques municipales du pays."C'est facile (...) et plus pratique que les services de banque en ligne --on peut y accéder avec son téléphone portable", commente Molly Zhang, propriétaire d'une boutique d?accessoires de mode sur internet qui a déjà placé l'équivalent de 18.400 euros sur Yuebao.- "Loup prédateur" -Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant