En Chine, l'espionnage au service de la croissance économique

le
0
Pekin surveille ses citoyens et les dissidents mais aussi les pays occidentaux pour rattraper son retard technologique en matière industrielle ou militaire.

La Chine a érigé l'espionnage en «sport national». À l'intérieur de ses frontières, le régime communiste a levé une armée pour surveiller ses citoyens, notamment sur Internet, afin de désamorcer toute contestation. À l'extérieur, la Chine a fait du renseignement une arme au service de son développement économique. Elle surveillerait aussi les dissidents, les militants tibétains et les membres de la secte Falun Gong réfugiés à l'étranger.

Selon la presse officielle, environ 2 millions de «policiers du cyberespace» surveillent quelque 500 millions d'internautes. Ciblant leurs activités sur des personnalités réputées «critiques» à l'égard du régime ou grâce à des mots clés évoquant des «sujets sensibles», ils font disparaître chaque jour des millions de mots, de commentaires postés sur Weibo, le Twitter...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant