En Chine, des ouvriers de Coca-Cola se mettent en grève pour garder leurs salaires

le
0
En Chine, des ouvriers de Coca-Cola se mettent en grève pour garder leurs salaires
En Chine, des ouvriers de Coca-Cola se mettent en grève pour garder leurs salaires

Dans trois villes chinoises, les machines à embouteiller sont à l'arrêt. Des ouvriers travaillant pour Coca-Cola se sont mis en grève, s'inquiétant pour leur travail et leur niveau de salaire après la décision du fabricant américain de boissons gazeuses de céder ses activités d'embouteillage en Chine.

 

Coca-Cola a annoncé la semaine dernière qu'il s'apprêtait à vendre la totalité de ses activités d'embouteillage en Chine continentale au conglomérat hongkongais Swire Pacific et au groupe étatique Cofco, géant chinois de l'agroalimentaire.

 

Cette opération, qui s'inscrit dans les efforts de restructuration de l'entreprise, a provoqué une vive inquiétude chez les employés concernés, qui redoutent que les repreneurs - même s'ils comprennent une société d'Etat - ne sabrent dans les effectifs et abaissent les salaires.

 

 

«Vendus en moins d'une seconde!»

 

Des ouvriers de trois usines ont appelé lundi à des grèves coordonnées, selon plusieurs sources. Des clichés partagés en ligne montrent une grande banderole rouge devant un bâtiment industriel de Chongqing (sud-ouest): «Nous avons travaillé dur pendant une décennie, mais nous sommes vendus en moins d'une seconde. Indemnisation !».

 

Des grèves simultanées ont également eu lieu sur des sites de Chengdu (sud-ouest) et dans la province du Jilin (nord-est), selon des messages et clichés partagés sur les réseaux sociaux. Un ouvrier de l'usine de Chengdu a indiqué ce jeudi, sous couvert d'anonymat, que plus de 600 employés s'étaient mis en grève.

 

Coca-Cola workers strike in 3 Chinese cities over sale of bottling operations - Hong Kong Free Press https://t.co/rChdLAh2Fd via @nuzzel

— Sinolawyer Zheng (@sinolawyer2000) 24 novembre 2016

 

Les salariés redoutent que le changement de statut leur fasse perdre les avantages associés à leur travail, voire une suppression d'emploi ou des baisses drastiques de salaire. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant