En Calabre, le pape François part en croisade contre la mafia

le
2
En Calabre, le pape François part en croisade contre la mafia
En Calabre, le pape François part en croisade contre la mafia

En mars dernier, il avait déjà promis «l'enfer» aux mafieux. Ce samedi, pour sa première visite en Calabre (sud de l'Italie), le pape a continué sur sa lancée et promis l'excommunication aux mafieux locaux de la Ndrangheta, la mafia calabraise, qui selon lui «adore le mal et méprise le bien commun».  Le pape François a également  dénoncé les souffrances des enfants victimes des «atrocités» de la 'Ndrangheta, l'une des mafias les plus puissantes au monde, en apportant un message de solidarité à des mères et grand-mères détenues dans une prison locale.

«On a besoin de dire non à la Mafia»

Devant cent mille fidèles rassemblés sur un immense terrain à Sibari près de Cassano, le pape a ainsi estimé qu'il fallait «combattre» la mafia. «On a besoin de lui dire non. Tant de nos jeunes nous le demandent (...) Ceux qui ont choisi dans leur vie cette mauvaise route sont excommuniés», a martelé le pape argentin durant une messe.

«Jamais plus un enfant ne doit endurer de telles souffrances. Jamais plus d'enfants victimes de telles atrocités, jamais plus de victimes de la 'Ndrangheta ! », s'était-il déjà exclamé plus tôt dans la journée au centre de détention de Castrovillari, première étape de sa visite, près de la bourgade de Cassano allo Jonio. Il s'adressait notamment aux deux grand-mères du petit Nicola («Coco») Campolongo, trois ans, victime en janvier d'un règlement de comptes qui avait ému toute l'Italie. Son corps avait été retrouvé avec celui de son grand-père dans une voiture carbonisée.Outre ces petits enfants, de jeunes Calabrais sont recrutés pour le trafic de drogue et meurent aussi dans les violences de la 'Ndrangheta, ou encore se retrouvent en prison.

Devant environ 200 détenus, après avoir serré au premier rang les mains des hommes et embrassé les femmes en larmes, François a élargi son propos aux prisons des cinq continents : «Je voudrais exprimer la proximité du pape et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 21 juin 2014 à 18:46

    On voit qu'il n'est pas italien et ne connaît vraiment rien de rien sur le sujet. C'est attristant et pitoyable une telle méconnaissance de l'Italie du Sud.

  • M3121282 le samedi 21 juin 2014 à 18:38

    Le pape François va t'il également partir en guerre contre les dérives mafieuses de certains partis politiques en France ? alors que certains des dirigeants de ce même parti était venu voir son prédécesseur ? enfin ainsi c'est une bonne façon de détourner la vue de toutes les horreurs qui ont été couvertes et parfois commises par ses prédécesseurs.