En Bretagne, les «bonnets rouges» refusent de laisser s'éteindre la flamme

le
1
S'il continue à être ignoré par le gouvernement, le collectif à l'origine du mouvement affirme être prêt à retourner dans la rue.

Après le succès de deux manifestations des «bonnets rouges» en un mois en Bretagne - l'une à Quimper et l'autre ce samedi à Carhaix-, le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne, qui en est à l'origine, voit son pouvoir indiscutablement renforcé. Mais ensuite?

Tout reste à bâtir pour ce mouvement populaire qui, pour s'imposer comme il le souhaite, va devoir exister en dehors des rassemblements de rue. C'est ce qu'il cherche d'ailleurs à faire. Des cahiers de doléances sont mis à disposition de la population et des comités locaux voient le jour en Bretagne. «Il en existe dix aujourd'hui et on espère en installer bientôt deux cents», indique Christian Troadec, le maire DVG de Carhaix, figure de proue des «bonnets rouges».

«Avec ces initiatives, on voit que ce mouvement commence à s'organiser. Il veut aussi se bâ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le dimanche 1 déc 2013 à 23:27

    Merci pour la CENSURE Citoyenne...