En bord de mer, un 3 pièces neuf coûte de 175.000 à 689.000 euros

le
0

Un site Internet a recensé les tarifs du neuf dans 34 destinations balnéaires françaises, de la Bretagne à la Corse. Les tarifs font le grand écart mais se maintiennent globalement d’une année à l’autre.

Les vacances d’été se rapprochent et vous en avez assez de louer votre logement tous les ans dans votre destination balnéaire favorite? Ce palmarès de l’immobilier neuf peut vous intéresser. Le portail Trouver-un-logement-neuf.com a ainsi compilé les prix des programmes neufs proposés dans 34 villes de bord de mer afin de dégager le tarif moyen qu’il faut y débourser pour un trois-pièces.

Attention, ce genre de données est souvent sujet à des variations brutales sans commune mesure avec ce qui existe dans l’ancien. La cause? Il y a parfois très peu de programmes neufs disponibles (le minimum retenu pour proposer une moyenne est de 5) et ils ne se ressemblent pas forcément d’une année sur l’autre. Si les programmes bon marché dominent une année et que la suivante les promoteurs optent pour le haut de gamme, il y aura une envolée des prix alors que les produits ne sont pas du tout comparables. Il n’en reste pas moins que ce relevé donne une idée précise des prix pratiqués à un moment donné.

Roquebrune-Cap-Martin et Cannes sur le podium

Sans surprise, Saint-Tropez culmine et conserve sa place de leader. À 689.000 euros en moyenne, il est clair que le marché ne laisse de place qu’aux programmes de luxe. De son côté Roquebrune-Cap-Martin, dans les Alpes-Maritimes, profite de sa proximité avec Monaco pour afficher un prix minimum de 568.000 €. Cannes s’affiche juste un cran en dessous, à 504.000 euros. Il faut dire que malgré de nombreux programmes neufs en cours de commercialisation, les plus luxueux font grimper l’addition sachant que certains 3 pièces se vendent jusqu’à 1790.000 euros. Enfin, Deauville reste rare est cher (440.000 euros) tout comme Porto-Vecchio, en Corse, où il faut compter 430.000 euros pour acheter un trois-pièces.

Mais loin de ces tarifs, on peut trouver bien plus abordable. Sur la Côte basque, en dehors de Biarritz qui culmine à 317.000 euros, on Anglet, Bayonne ou Saint-Jean-de-Luz s’affichent entre 216.000 et 287.000 euros. Et sur la Côte d’azur, les tarifs démarrent à 255.000 euros à Fréjus tandis qu’à La Teste de Buch, la commune de la dune du Pyla, on peut trouver son bonheur pour 229.000 euros. Encore moins cher, du côté de la côte languedocienne: 188.000 euros à Argelès-sur-Mer et 187.000 euros à Valras-Plage.

Concernant les écarts de prix, c’est véritablement le yo-yo comme souvent avec les programmes dans le neuf. Ainsi, de façon assez surprenante les prix s’envolent à Saint-Malo (+18%) où les opérations de logements neufs se multiplient. Cela n’empêche pas la cité corsaire de rester bien plus accessible que La Trinité-sur-Mer (246.000 euros) ou Quiberon (267.000 euros). À l’inverse, c’est en se dirigeant plein sud que les prix font curieusement le grand plongeon: -20% aussi bien pour Cannes qu’Ajaccio, accompagnées dans leur chute par La Baule, la station haut de gamme de l’Atlantique.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant