En Bolivie, le président Evo Morales favori pour un troisième mandat

le
0
En Bolivie, le président Evo Morales favori pour un troisième mandat
En Bolivie, le président Evo Morales favori pour un troisième mandat

Quelque 6 millions de Boliviens sont appelés ce dimanche aux urnes pour des élections générales. Les bureaux de vote ouvrent à 8 heures locales (12 heures GMT) et fermeront à 16 heures locales (20 heures GMT).

La participation devrait être importante : le vote est obligatoire en Bolivie sous peine d'une amende élevée (quelque 60 dollars, soit 45 euros). Pour éviter tout débordement, la consommation d'alcool a été interdite 48 heures avant le vote et 12 heures après, le port d'armes à feu et les réunions publiques ont également été prohibés.

La population bolivienne devrait donner un troisième mandat de cinq ans à son président Evo Morales et lui octroyer une large majorité au Parlement. Le président sortant, qui selon les sondages obtiendrait près de 60% des intentions de vote, déposera son bulletin dans son fief de Chapare, dans la région de Cochabamba (centre), avant de regagner la capitale où il attendra les résultats dans le palais présidentiel, d'où il devrait prendre la parole en fin de soirée, si, comme tout l'indique, il est réélu.

La Constitution ne prévoit que deux mandats consécutifs

Son adversaire, le pape du ciment et du fast-food Samuel Doria Medina de l'Union Démocratique (UD), déjà rival malheureux de Morales lors des deux dernières élections présidentielles, est crédité quant à lui de 18% des intentions de vote. L'ex-président conservateur Jorge Quiroga (9%) arriverait en troisième position, devant le social-démocrate Juan del Granado (3%) et le candidat du Parti Vert Fernando Vargas (2%).

Toutefois, selon les sondages, près de 20% de l'électorat s'est déclaré indécis ou a annoncé son intention de voter blanc lors de ce scrutin sous surveillance. Quelque 60 observateurs de 22 nationalités mandatés par l'Organisation des Etats américains (OEA) seront présents dans les diverses régions du pays. «Nous nous attendons à un processus de vote normal et très participatif, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant