En bleu - blanc - rouge ?

le , mis à jour à 06:41
0
En bleu - blanc - rouge ?
En bleu - blanc - rouge ?

Ce ne sont que des promesses mais, cette année, enfin, il n'est pas déplacé d'y croire. Croire que la France puisse poser sa griffe sur cette 103e édition de la Grande Boucle, par l'intermédiaire de ses nombreux talents, tous prêts à briller le long des 3 535 km du parcours. Toujours à la recherche du successeur de Bernard Hinault, dernier vainqueur tricolore en 1985, les Français s'apprêtent à suivre avec délectation l'aventure dans laquelle Thibaut Pinot ou Romain Bardet comptent bien les embarquer.

Troisième en 2014, le coureur de l'équipe FDJ sera le chef de file tricolore en raison de sa progression constante, notamment dans le domaine du contre-la-montre où il est désormais à la lutte avec les meilleurs. Il n'était qu'à 90 % de ses moyens dans un Dauphiné contrasté : 16e au général après avoir remporté la plus belle étape de montagne. Il sera au rendez-vous de ce Tour dont il attend évidemment beaucoup.

Romain Bardet, deuxième du Dauphiné derrière Froome, monte également en puissance. Cela faisait neuf ans qu'un Français ne s'était pas hissé sur le podium de l'épreuve. Le leadeur d'AG2R aura aussi une belle carte à jouer en montagne. Lui aussi progresse avec une régularité séduisante.

Derrière ces deux hommes, d'autres Français devraient assurer le spectacle. Warren Barguil, récent troisième du Tour de Suisse, ou Pierre Rolland comptent bien perturber la hiérarchie mondiale. Au sein de celle-ci, on peut compter sur Chris Froome, Nairo Quintana et Alberto Contador pour se livrer à une belle bataille à laquelle Richie Porte compte aussi participer.

Bien sûr, en remportant le Critérium du Dauphiné, comme en 2013 et 2015, années de ses succès sur le Tour, Froome a montré qu'il restait le grand favori. Mais il n'aura pas trop d'une équipe impressionnante autour de lui pour répondre aux offensives adverses qui devraient se multiplier jusqu'à Morzine.

Le camp tricolore aura, lui, forcément ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant