En Belgique, un accord pour en finir avec le chaos 

le
0
Huit partis ont accepté le compromis mis sur pied par le socialiste Elio Di Rupo.

La menace du chaos a payé. Après 459 jours de crise, les interminables négociations politiques ouvertes en Belgique se sont soudain débloquées mercredi soir, avec un premier accord sur un sujet lourd de crispations communautaires. Tout n'est pas réglé pour autant. Mais l'espoir renaît de voir un gouvernement prochainement formé.

«Miracle», «historique», «jalon dans l'histoire communautaire belge» : la presse rivalisait de superlatifs jeudi pour qualifier l'accord arraché au forceps par le socialiste francophone Elio Di Rupo. «C'est une percée historique très importante», a affirmé le premier ministre Yves Leterme. En vingt-quatre heures, le pays a vécu un retournement de situation politique spectaculaire, passant du bord du précipice au déblocage.

Quinze mois après les élections, les huit partis autour de la table ont en effet trouvé un compromis inespéré pour scinder l'arrondissement électoral et judiciaire de BHV (Bruxelles-Hal-Vilvoorde), à cheval su

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant