En Australie, l'interdiction des courses de lévriers suscite une quasi lutte des classes

le
0
Course de levrier en Australie le 18 mai  2008.
Course de levrier en Australie le 18 mai  2008.

Au nom du bien-être des animaux, les courses de lévriers ne sont plus autorisées en Nouvelle-Galles du Sud depuis le 1er juillet. Cette décision suscite une forte controverse entre le monde rural et les « élites des villes ».

LETTRE DE SYDNEY Les Australiens aiment jouer et parier. Selon des classements internationaux, ce sont eux qui consacrent le plus d’argent à ce passe-temps, notamment en misant sur les compétitions sportives. En Australie, on peut ainsi trouver des machines à sous dans les cafés, dans les clubs et même dans les salles de sport. Et le premier mardi de novembre, le pays tout entier s’arrête pour suivre la Melbourne Cup, une prestigieuse course hippique.

Il n’est donc pas étonnant que l’annonce du premier ministre conservateur de Nouvelle-Galles du Sud, le 7 juillet, ait fait l’effet d’une bombe : Mike Baird a décidé que les courses de lévriers seraient interdites à partir du 1er juillet 2017 dans cet Etat qui a Sydney pour capitale.

Ces compétitions, qui ont vu le jour avec l’arrivée des colons anglais, « sont très populaires dans la classe ouvrière car elles exigent moins d’argent que les courses de chevaux, explique Christopher Hunt, spécialiste de la dépendance aux jeux à l’université de Sydney. Dans des petites villes, c’est un événement social, lors duquel on retrouve ses amis. »

Leurres vivants L’annonce de M. Baird a divisé le pays en deux. Il y a d’un côté les amateurs de ces compétitions et, de l’autre, les défenseurs du bien-être animal. La question mettrait même en évidence une fracture entre les ruraux et les « élites des villes ».

La controverse a démarré en 2015, lorsque la chaîne publique ABC a montré comment certains chiens étaient préparés. Avec des caméras...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant