En attendant le pirate: le CeBIT cauchemarde sur la vulnérabilité des infrastructures

le
0
En attendant le pirate: le CeBIT cauchemarde sur la vulnérabilité des infrastructures
En attendant le pirate: le CeBIT cauchemarde sur la vulnérabilité des infrastructures

Un train de banlieue miniature tourne en rond et attend qu'il prenne à un pirate quelque part dans le monde l'envie de le faire dérailler: la vulnérabilité des infrastructures au piratage informatique s'est invitée au CeBIT de Hanovre (Allemagne). La maquette à l'échelle 1:87 du projet "Honey Train" - un jeu de mot avec "Honey Pot", "pot de miel", expression qui désigne un appât en anglais - a été conçue par l'entreprise de sécurité Sophos. Dans la ville miniature, les noms de rues sont empruntés au Monopoly. Mais les composants logiciels du système sont connectés pour de vrai, et apparaissent sur le réseau comme ceux d'un vrai train. Ses points faibles structurels font d'ailleurs déjà l'objet de discussions entre hackers sur des forums. Les responsables de Sophos attendent que quelque part, un pirate exploite ces failles et appuie sur le bouton. A Hanovre, le train déraillerait et finirait sa course dans un immeuble, un avant-goût de ce qui pourrait menacer les infrastructures de part le monde. Avec le projet, la société veut "aller voir ce qui se passe dans la tête des cyber-criminels", détaille Chester Wisniewski, conseiller chez Sophos. "C'est une bonne reproduction des plus mauvais systèmes de sécurité publique existants dans la vraie vie (...). Des systèmes conçus à une époque plus simple, quand personne ne tentait de les attaquer, ce qui les rend vulnérables", explique-t-il.- La mauvaise approche - Les internautes sont depuis longtemps victimes des pirates en ligne, du "phishing" - mails déguisés provenant d'une soi-disant source de confiance, pour soutirer des informations personnelles -, à la surveillance pratiquée par les services de renseignements. Le dernier scandale en date concerne le piratage par les services secrets américains et britanniques de chiffrement des puces électroniques du français Gemalto, le champion mondial de la sécurité numérique, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant