En attendant la Fed, Wall Street brille

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a clôturé en nette hausse mardi, portée par une bonne statistique des ventes au détail à la veille de la réunion de politique monétaire de deux jours de la Réserve fédérale.

Les ventes au détail ont augmenté globalement de 0,2% le mois dernier. Hors automobile, essence, matériaux de construction et alimentation, leur hausse est un peu meilleure, de 0,4%.

Cette mesure correspond le mieux à la composante des dépenses de consommation entrant dans le calcul du PIB et sa progression donne à penser que les dépenses de consommation s'accélèrent, ce qui pourrait inciter la Fed à relever ses taux directeurs jeudi.

Après cet indicateur, les traders ont relevé la probabilité d'un resserrement monétaire à 27% contre 23% lundi, selon le programme FedWatch de CME Group. Les analystes expliquent qu'une hausse des taux mettrait fin à l'incertitude qui encombre le marché depuis plusieurs semaines.

"S'il n'y avait pas de hausse des taux jeudi, on pourrait en conclure que la Fed a quelques soucis avec la santé de l'économie", observe Christian Stocker (UniCredit).

"Si elle ne relève pas les taux cette semaine, ce sera un mauvais signal", renchérit Art Hogan (Wunderlich Securities).

"Difficile à dire", tempère Peter Jankovskis (OakBrook Investments). "Dans le contexte de l'économie mondiale et de l'incertitude entourant la Chine, elle (la Fed) pourrait y aller un autre mois".

L'indice Dow Jones a pris 228,89 points (1,40%) à 16.599,85. Le S&P-500, plus large, a gagné 25,06 points (1,28%) à 1.978,09. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 54,76 points (1,14%) à 4.860,52.

La hausse de Wall Street a été un temps freinée par une autre statistique moins favorable. L'activité manufacturière dans la région de New York a baissé pour le deuxième mois consécutif en septembre en raison d'une chute des nouvelles commandes et des livraisons tandis que les effectifs du secteur diminuaient pour la première fois depuis plus de deux ans et demi, suivant l'indice "Empire State".

En outre, la production manufacturière a diminué plus qu'attendu en août, pénalisée par une forte diminution de l'activité du secteur automobile, ce qui pourrait peser sur la croissance du troisième trimestre, a fait savoir la Fed.

Aux valeurs, Fiat Chrysler Automobiles a gagné 3,4%, le syndicat United Auto Workers (UAW) ayant dit qu'il poursuivrait le dialogue avec le constructeur afin de parvenir à un accord sur un nouveau contrat de travail, repoussant ainsi la menace d'une grève au sein de ses chaînes les plus rentables.

Go Pro a pris 2,1%, Northland Capital Markets ayant écrit que le spécialiste des caméras miniatures constituait une cible de choix pour Apple ou d'autres sociétés à la recherche de contenus originaux.

(Tanya Agrawal et Noel Randewich, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant