En Antarctique, Kerry appelle à intensifier la lutte contre le réchauffement

le , mis à jour à 23:52
40
Le sécrétaire d'Etat américain John Kerry et les membres de sa délégation en Antarctique, dans la station américaine de recherche McMurdo, dans la région de l'île de Ross, le 11 novembre 2016 ( POOL/AFP / MARK RALSTON )
Le sécrétaire d'Etat américain John Kerry et les membres de sa délégation en Antarctique, dans la station américaine de recherche McMurdo, dans la région de l'île de Ross, le 11 novembre 2016 ( POOL/AFP / MARK RALSTON )

John Kerry, ardent défenseur de la lutte contre le changement climatique et qui ne sera bientôt plus secrétaire d'Etat, est depuis vendredi le plus haut responsable américain à visiter l'Antarctique d'où il a appelé à se mobiliser contre le réchauffement.

M. Kerry, parti vers la Nouvelle-Zélande le jour de l'élection de Donald Trump, est arrivé vendredi à bord d'un avion militaire en Antarctique, dans la station américaine de recherche McMurdo, dans la région de l'île de Ross, là où vient d'être créé le plus grand sanctuaire marin au monde, a constaté un photographe de l'AFP qui voyage avec lui.

Le chef de la diplomatie américaine, qui quittera ses fonctions le 20 janvier, s'est abstenu de commenter l'élection de M. Trump, un adversaire politique.

Mais il a toutefois fait allusion aux positions connues du prochain président des Etats-Unis qui avait lancé pendant sa campagne que le changement climatique était un "canular" et qui avait évoqué l'"annulation" de l'accord de Paris.

"Nous devons faire avancer le mouvement (...) Nous devons avoir plus de gens qui s'impliquent" contre le changement climatique, a plaidé le secrétaire d'Etat américain.

"Nous n'avons pas encore gagné la bataille", avait-il averti il y a quelques jours.

Vue aérienne de la station américaine de recherche McMurdo, en Atarctique, le 11 novembre 2016
Vue aérienne de la station américaine de recherche McMurdo, en Atarctique, le 11 novembre 2016 ( AFP / MARK RALSTON )

John Kerry a toujours été actif dans le combat contre le réchauffement de la planète: il a apporté sa pierre à la COP-21, a mis sur pied sa propre conférence internationale sur les océans et il sera les 15 et 16 novembre à la COP-22 de l'ONU à Marrakech pour "souligner l'urgence de traiter le changement climatique et l'importance de poursuivre une action ambitieuse pour le climat à travers le monde", selon le département d'Etat.

La visite sans précédent de John Kerry en Antarctique se déroule deux semaines après l'accord international scellé le 28 octobre pour créer le plus grand sanctuaire marin au monde dans une partie des eaux immaculées du continent.

Après des années de négociations, un consensus a été trouvé entre les 25 membres de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR) à Hobart, en Tasmanie.

Présenté par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande, le projet porte sur la création d'une zone protégée en mer de Ross, une immense baie côté Pacifique. Elle s'étendra sur plus de 1,55 million de kilomètres carrés, soit une aire plus vaste que la France, l'Italie, le Benelux, l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche réunis.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ja_smith il y a 3 semaines

    Les plus grands organismes de la planète arrivent tous aux mêmes conclusions. NOAA, NASA, NCEP NCAR, et confirment ce que dit le GIEC, regroupant les plus grands spécialistes du sujet. Des milliers de données, d'observations du monde entier. Pas un seul organisme ne prétend le contraire. Rien n'est mensonger. Ton aveuglement pour motifs politiques (?) est pathétique.

  • delapor4 il y a 3 semaines

    Les données que le GIEC utilise pour la période récente sont en partie mensongères et les relevés météos dans les zones récemment urbanisées, d'où un réchauffement très local, n'ont volontairement pas été traitées correctement. Libre à toi de croire que leurs dires sont parole d'Evangile, mais là on entre dans la religion ou le fanatisme...

  • delapor4 il y a 3 semaines

    Ton lien je l'avais évidemment déjà vu mais il est mensonger. Tu traites les anti-réchauffistes de charlatans, moi je traite les réchauffistes de pros.titués, ou si le terme te fâche, de mercenaires et de traîtres à la science pour raisons politiques ou financières. Bonne journée à toi.

  • Ja_smith il y a 3 semaines

    https://en.wikipedia.org/wiki/Medieval_Warm_Period

  • Ja_smith il y a 3 semaines

    N'import qui peut bidouiller une courbe et lui faire dire n'importe quoi. Tous les gens un peu sérieux savent bien que la température GLOBALE de la terre n'a jamais été aussi élevée, comme on le voit bien sur mon premier lien.

  • delapor4 il y a 3 semaines

    La courbe que j'ai sous les yeux de la température moyenne GLOBALE au cours de ces 10 000 dernières années montre un maximum il y a 6 500 ans, et d'autres, un peu moins hauts, il y a 4 500 ans, il y a 3 000 ans, il y a 2 000 ans, il y a 1 000 ans et maintenant. Mais c'est celui de maintenant qui est le moins haut ! NB : il ne vient pas du GIEC !!!

  • Ja_smith il y a 3 semaines

    Delapor4, tu auras beau répéter cela indéfiniment, la température GLOBALE terrestre était plus froide. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas des endroits où il a fait plus chaud. De la même façon, il y aujourd'hui des lieux où il fait plus froid, mais EN GLOBAL, la températue est plus chaude, tu comprends?

  • delapor4 il y a 3 semaines

    Je cite : "Au début de l’Empire romain, il faisait plus chaud qu’aujourd’hui. Les glaciers étaient plus courts. On trouve des traces de sols et des arbres vieux de plusieurs centaines d’années sous les glaciers actuels, preuve que la limite de la glace était beaucoup plus haute".

  • dupon666 il y a 3 semaines

    certainement mieux que de vouloir empecher l'inevitable

  • mlaure13 il y a 3 semaines

    ...anticiper l'"inévitable"?...ne donne pas les clés pour une adaptation...