En Alsace, la réforme Peillon casse la semaine idéale

le
1
Les écoliers de Munster pourront-ils conserver leurs rythmes scolaires atypiques à la rentrée prochaine ? (photo d'illustration)
Les écoliers de Munster pourront-ils conserver leurs rythmes scolaires atypiques à la rentrée prochaine ? (photo d'illustration)

Ils n'avaient pas attendu la réforme de Vincent Peillon pour mettre en place leurs propres rythmes scolaires. Cela fait 24 ans que les écoliers de Munster ont adopté la semaine de 4,5 jours et qu'ils profitent d'activités périéducatives, bien avant que ces mesures soient simplement évoquées par les désormais célèbres chronobiologistes. Pourtant, la réforme de Vincent Peillon risque de tout mettre par terre. Dans la ville alsacienne, un contrat éducatif local (CEL) a été mis en place il y a un quart de siècle et fonctionne à merveille. Le système est simple : les cours sont organisés de manière à libérer deux demi-journées complètes, pendant lesquelles les enfants peuvent choisir de ne pas fréquenter l'école, ou de s'investir dans des activités périéducatives. Ainsi, les quelque 300 élèves de la grande section de maternelle au CM2 sont en classe du lundi au vendredi, de 8 heures à midi, ainsi que les lundi et jeudi, de 13 h 30 à 15 h 30. Deux après-midis par semaine, les mardis et les vendredis, 150 élèves inscrits s'essaient à l'un des trente ateliers proposés et chapeautés par une association, La Pépinière. Ils découvrent ainsi le tir à l'arc, la marche nordique, l'aquarelle, la musique ou encore la cuisine, ils partent en forêt ou encore s'initient à l'orientation, encadrés par 22 intervenants titulaires d'un bafa, voire d'un diplôme spécifique pour certaines disciplines.Cauchemar

Un dispositif bien rodé, qui ravit...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4841131 le vendredi 18 oct 2013 à 15:06

    çà prouve que çà sert à rien un ministre, sauf à fou tre la me rde