En Alsace, des restaurateurs proposent des menus "sobres en carbone"

le
0
JeniFoto/Shutterstock.com
JeniFoto/Shutterstock.com

(AFP) - Des produits frais, produits localement, peu de viande et surtout pas de veau : plus de 70 restaurateurs alsaciens mitonnent en octobre des plats "sobres en carbone" dans le cadre d'une opération écologique, ont indiqué lundi les organisateurs.

"L'idée, c'est qu'à l'occasion d'une sortie au restaurant, les gens soient sensibilisés à ce problème de l'impact de nos assiettes sur le climat, et qu'ils y pensent ensuite lorsqu'ils cuisinent chez eux", a expliqué lors d'une conférence de presse Sylvain Gröndahl, militant de l'association "Objectif climat" qui organise l'événement.

Les établissements participants pourront proposer sur leur carte un ou plusieurs plats, voire des menus entiers labellisés "éco-responsables", dans le cadre de cette opération organisée pour la cinquième année et baptisée "Manger, c'est agir".

L'alimentation compte pour un tiers des émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, observent les organisateurs. Or, en respectant quelques règles simples, on peut diviser cet impact par deux, assurent-ils.

Pour ce faire, les cuisiniers doivent privilégier les produits locaux, de saison et si possible bio. Ils doivent éviter ou réduire autant que possible la viande, ou au moins préférer la volaille et le porc au veau et au boeuf -, l'élevage des ruminants générant énormément de gaz à effet de serre.

Les surgelés sont à bannir, du fait de l'énergie nécessaire au maintien de la chaîne du froid, ainsi bien sûr que les emballages excessifs.

"Ce sont des principes que j'essaye déjà d'observer tout au long de l'année, notamment le fait de travailler avec des producteurs locaux", explique Patrick Fritz, un restaurateur participant à l'opération. Le chef de "L'ami Fritz" à Ottrott (Bas-Rhin) propose pour l'occasion des noix de joues de porcs à la bière, ou des desserts à base de pommes, de coings ou de quetsches. "Le problème, c'est qu'il faut éduquer aussi le client, qui souvent est le premier à réclamer des fraises en hiver !" sourit le cuisinier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant