En Allemagne, les mères infidèles sous le coup de la loi

le
0

LES « ENFANTS COUCOU » : outre-Rhin, l'oiseau est le symbole de l'infidélité et c'est ainsi que l'on désigne les enfants illégitimes nés d'un « autre lit ». Combien sont-ils ? Selon le généticien Maarten Larmuseau, de l'université belge de Louvain, ils représenteraient entre 2 et 10 % des enfants nés en Allemagne.

 

Quand le secret est bien gardé, tout va bien. Mais lorsque le doute s'installe, le mari est souvent incapable d'obtenir des éclaircissements sur la paternité de l'enfant. Pour éviter de lourdes procédures, le gouvernement a entériné hier un projet de loi facilitant le « remboursement au mari trompé des frais d'éducation ».

 

Obligation de livrer le nom de ses amants

 

Si le père d'un « enfant coucou » souhaite faire payer son homologue biologique, il pourra exiger de sa femme qu'elle livre le nom de l'amant. Si elle a eu plusieurs partenaires pendant la période de conception, elle devra livrer tous les noms ! Les pères biologiques devront alors rembourser les frais sur une période de deux ans. « On ne peut pas faire supporter la charge financière sur la durée d'une vie en famille », a concédé Heiko Mass, le ministre fédéral de la Justice. Seule exception : « lorsqu'elle a des raisons valables, elle aura le droit sur décision de justice de se taire », a précisé le ministre.

 

Pour Elisabeth Winkelmeier-Becker, porte-parole des députés conservateurs (CDU), les juges devront faire preuve de discernement. « Cette obligation d'information ne doit pas être utilisée par les maris comme un règlement de comptes lors des divorces », prévient-elle.

 

Pour les écologistes, cette loi porte atteinte à la vie privée des femmes. « Cette demande d'information devrait être une exception, pas une règle ! », insiste Katja Keul, porte-parole des Verts au Bundestag. Le gouvernement allemand a légiféré à la suite du jugement du Tribunal constitutionnel de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant