En Allemagne, le débat monte sur la relance par les salaires

le
0
En pleine cure d'austérité dans la zone euro, des voix s'élèvent pour soutenir la consommation, brisant un tabou.

En 2012, pour les salariés allemands de Continental, les étrennes tomberont... à Pâques. En avril, les collaborateurs du fabricant de pneus vont se répartir un mégabonus de 70 millions d'euros. Soit deux fois plus que cette année, au cours de laquelle ils ont perçu 600 euros par personne en moyenne. Car dans cette entreprise récemment en crise, comme dans l'ensemble de l'économie allemande, on envisage l'année à venir avec un optimisme raisonné. Sur les 46 branches d'activité sondées en cette fin d'année, du tourisme au high-tech, seule une l'aborde avec un pessimisme avoué: la banque.

Après une croissance de 3,5% cette année, Berlin anticipe 0,5% à 2% selon les pronostics. En aucun cas n'est envisagée une récession. Certaines entreprises ont beau craindre un écroulement du système, l'économie allemande a l'air «robuste», souligne le ministre de l'Économie, Philipp Rösler. Raison de plus pour ne pas se contenter de primes distribuées ici ou là. Il fa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant