En Allemagne, Hollande loue les réformes de l'ancien chancelier Schröder

le
0
En Allemagne, Hollande loue les réformes de l'ancien chancelier Schröder
En Allemagne, Hollande loue les réformes de l'ancien chancelier Schröder

Lors des célébrations jeudi des 150 ans du Parti social-démocrate (SPD) à Leipzig (est de l'Allemagne), François Hollande a fait l'éloge des réformes du marché du travail allemand lancées en 2003 par l'ancien chancelier de ce parti, Gerhard Schröder. Il a plaidé pour plus d'intégration européenne, en présence de leur principale rivale, la chancelière conservatrice Angela Merkel.

François Hollande qui se présentait encore comme «socialiste» plutôt que comme «social-démocrate» a vanté les réformes lancées par Gerhard Schröder pour flexibiliser le marché du travail allemand. Ces réformes qui ont permis, selon les uns, de booster la compétitivité allemande, et ont aggravé la pauvreté, selon les autres, restent controversées dix ans plus tard, y compris au sein même du SPD.

«Ces décisions ne sont pas faciles à prendre, elles peuvent faire surgir des controverses, mais rien ne se construit, rien de solide ne se bâtit en ignorant le réel», a-t-il ajouté, louant le rôle de l'amitié franco-allemande dans la construction européenne dans un discours applaudi debout par la salle. François Hollande a de nouveau plaidé aussi pour «une intégration solidaire».

François Hollande salue deux anciens chanceliers du SPD : à gauche, Helmut Schmidt : à droite, Gerhard Schröder. (AFP/POOL).

La lutte contre le chômage des jeunes fait l'unanimité

Le président des sociaux-démocrates, Sigmar Gabriel, a mis en exergue la lutte contre le chômage des jeunes en Europe, qui «sont en passe de devenir une génération perdue». «C'est notre principale tâche», a-t-il lancé. Les sociaux-démocrates allemands ont voté avec le parti de la chancelière tous les plans de sauvetage de la zone euro, depuis le début de la crise, même s'ils n'ont eu de cesse de critiquer la politique d'austérité imposée, selon eux, par Angela Merkel.

Après une période de «tensions amicales», selon l'expression de François...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant