En Afghanistan, Hamid Karzaï malmène ses alliés

le
0
En fin de mandat, le président est isolé dans son bras de fer avec les États-Unis.

À Kaboul

À force d'attaquer ses alliés américains, Hamid Karzaï s'est attiré les foudres de la classe politique afghane. Mardi soir, son porte-parole, Aimal Faizi, qualifiait de «peu judicieuse et sans but» la guerre menée par les Américains en Afghanistan. Le président Karzaï avait déjà accusé les forces étrangères de «profiter» des attaques perpétrées par les talibans pour «justifier le maintien de soldats en Afghanistan après 2014». Après la visite du secrétaire à la Défense américain, Chuck Hagel, à ­Kaboul, il avait reproché à Washington de dialoguer secrètement avec des talibans. Et menacé de «définir une stratégie unilatérale» si les États-Unis repoussaient davantage le transfert du contrôle de la prison de Bagram au gouvernement afghan.

Ses remarques ont provoqué de vives réactions à Washington, mais elles ont surtout mis au jour des dissensions au s...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant