En 2015, les Français se sont fait un peu plus plaisir...

le
0

En 2015, la hausse du pouvoir d'achat a dopé la consommation des ménages. Ce sont les achats d'automobiles qui ont le plus contribué à la hausse de la dépense, indique l'Insee.

Les Français sont de nature fourmis. Leur épargne est en effet l'une des plus élevées d'Europe (14,5%). L'an dernier, ils ont pourtant décidé de se faire un peu plus plaisir... Leurs dépenses de consommation ont progressé de 1,5 % après 0,7 % en 2014, indique une étude publiée ce lundi par l'Insee. Il faut dire que leur revenu, malmené depuis le début de la crise de 2008, a retrouvé un peu de couleur: le pouvoir d'achat des Français a augmenté de 1,6 % l'an dernier, plus fortement qu'en 2014 où il avait progressé d'un petit 0,7%. Son rythme reste néanmoins encore inférieur à celui d'avant-crise (+ 2,2 % en moyenne par an entre 2000 et 2007). C'est le recul des prix qui, l'an dernier (-0,2%), qui a joué en faveur du portefeuille des ménages.

Les achats d'automobiles contribuent le plus à la hausse de la dépense ; ils rebondissent nettement après plusieurs années difficiles. La consommation en automobiles bondit ainsi de 6,1%. «Ce mouvement traduit aussi bien le dynamisme du marché des voitures neuves (+4,7% en 2015 après -0,2% en 2014) que celui de l'occasion (+8,3% après +0,9 %)», souligne l'Insee. Les ménages privilégient quand même toujours les petites voitures économes (moins de cinq chevaux fiscaux).

Hausse du budget chauffage

Les dépenses liées au logement se sont aussi redressées «du fait de la hausse du budget chauffage», après une année 2014 particulièrement douce. La consommation alimentaire a également accéléré.

En revanche, les dépenses en services de télécommunications et produits technologiques se sont contractées (-1% en 2015 après -1,6% en 2014), comme c'est le cas depuis 2009. D'une part, la baisse des prix -qui fait suite à la guerre que se livrent les opérateurs téléphoniques- s'est poursuivie. D'autre part, les Français ont acheté moins de tablettes après s'être rués dessus pendant plusieurs années.

Après un rebond en 2014, lié notamment à l'achat de téléviseurs, le marché de l'électronique grand public n'a pas non plus séduit l'an dernier: «En l'absence d'événements sportifs majeurs et de sorties de nouvelles consoles de jeux, seuls les achats de caméscopes progressent, dynamisés par les caméras embarquées.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant