En 2012, Hollande s'élevait contre la nomination de Molins

le , mis à jour le
0
Le procureur de la République de Paris, François Molins
Le procureur de la République de Paris, François Molins

Sa voix est désormais connue de tous. Son léger accent pyrénéen aussi. En quelques années, le procureur de la République de Paris, François Molins, s'est imposé comme la « voix des attentats ». Lors de l'affaire Mohamed Merah en mars 2012, ou durant les attentats de Charlie Hebdo et la prise d'otages de l'Hyper Cacher en janvier 2015, il relate les différents événements avec la même précision, égrenant les noms, les chiffres et les heures, avec le ton calme qui le caractérise aujourd'hui.

« Rassurant », « concis », le procureur de Paris est aujourd'hui loué par la presse française. « Il est l'homme de la situation, celui qui rassure avec des éléments concrets quand tout le monde est dans le flou », écrit Slate. « Le procureur a vite appris à maîtriser les conférences de presse », note Ouest-France, tandis que le numéro deux de Libération, Johan Hufnagel, va même jusqu'à lui déclarer sa flamme, dans un édito intitulé « Monsieur le procureur François Molins, je vous aime ! » Sur Twitter, la maire de Paris, Anne Hidalgo, loue l'« efficacité » de François Molins : « Je remercie aussi François Molins, Procureur de la République, et toutes ses équipes, pour l'efficacité de leur travail d'investigation. » Même son de cloche de la part de Me Eolas, l'un des avocats les plus connus de la Toile : « Même s'il est de mon devoir de ne jamais être d'accord avec un procureur, François Molins est un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant