En 2010, les marchés émergents ont porté les fusions-acquisitions

le
0
Les secteurs de l'énergie et de la finance ont mené la valse des opérations cette année.

Une année sans étincelle. 2010 n'aura pas signé le grand ­retour des fusions-acquisitions stratégiques, promis par tant d'experts un an plus tôt. Porté par la ­légère reprise économique et la stabilisation des marchés de la dette, le nombre de transactions bouclées a certes augmenté pour la première fois depuis le début de la crise, en 2007. Mais le regain concerne ­surtout les opérations de taille moyenne. Selon les données de Thomson Reuters, la valeur de l'ensemble des entreprises qui ont changé de mains au cours de l'année atteint 2247 milliards de dollars, en augmentation de 20 % en un an.

La valse des opérations a été menée par la finance, comme lors des cinq années précédentes, mais également par l'énergie. Ces deux secteurs représentent respectivement, selon le cabinet Dealogic, 11 % et 10 % de l'ensemble des opérations. Les transactions supérieures à 10 milliards de dollars se sont faites rares en 2010, alors qu'elles représentaient prü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant